Grossesse et piscine

D’après une étude britannique, grossesse et piscine ne feraient pas bon ménage pour le futur bébé. Paradoxal, puisque la natation est un des sports les plus recommandés pour les femmes enceintes.

La piscine pendant la grossesse rendrait les futurs bébés plus vulnérables à l’eczéma ou à l’asthme. C’est la conclusion étonnante à laquelle sont parvenus des chercheurs britanniques du St John’s Institute of Dermatology et de l’Université de Manchester. Publiés dans le British Journal of Dermatology, leurs résultats soulèvent des questions.

Le chlore responsable de la vulnérabilité

D’après les chercheurs, c’est l’ensemble des produits chimiques utilisés pour l’entretien de la piscine, et notamment le chlore, qui seraient responsables de la vulnérabilité du bébé à l’eczéma, à l’asthme ou encore au rhume des foins. Selon « l’hypothèse hygiéniste », le contact avec les produits chimiques modifie le système immunitaire du fœtus. En effet, notre mode de vie actuel tend à éviter le plus possible le contact avec les bactéries. De fait, les bébés développent un système immunitaire plus fragile car moins accoutumé aux germes. D’où les réactions allergiques.

Des résultats qui prêtent à confusion

Mais les conclusions des chercheurs britanniques sont susceptibles de semer le doute dans l’esprit des femmes enceintes. En effet, la natation est depuis longtemps un sport fortement conseillé pendant la grossesse. Elle permet de pratiquer une activité physique tout en leur permettant de soutenir plus facilement le poids du fœtus. La natation est même préconisée en Angleterre par la Sécurité Sociale ! Cependant, pour John McFadden, dermatologue en charge de l’étude, les femmes enceintes ne doivent pas arrêter la piscine subitement : « il faut attendre la sortie d’une étude plus poussée sur la question, avant de leur déconseiller formellement de se rendre à la piscine ». Affaire à suivre donc.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre blog, ici.

Publicités