Pregnant woman

 

Une étude menée par l’équipe de Christophe Bernard, directeur de recherche à l’INSERM, montrerait pour la première fois l’influence de la caféine sur le développement du cerveau de la souris pendant la période de gestation. Toutefois, les mêmes effets chez l’homme restent encore à prouver.

 

« Cette étude est la première démonstration des effets néfastes de l’exposition à la caféine sur le cerveau en développement ». Expérimentés sur une population de souris femelles pendant la période de gestation, ces effets auraient été mesurés grâce à l’administration de caféine aux rongeurs tout au long de la grossesse : la consommation de café nuirait à l’activité cérébrale, et entraînerait des perturbations dans le développement cognitif.

 

Épilepsie et troubles de la mémoire spatiale : ce que la souris nous apprend

 

Les tests menés par les chercheurs de l’INSERM mettraient en évidence un problème de mémorisation chez ces bébés souris après la naissance, notamment au niveau de la mémoire spatiale. En cause : la fixation des molécules de caféine sur les neurones responsables de cette activité, qui  ne permettraient plus aux souris adultes de reconnaître rapidement des objets et endroits familiers. Les souriceaux seraient également dès la naissance sensibles à l’épilepsie, due également à ce ralentissement des neurones.

 

Conséquences chez l’homme : rien n’est encore prouvé

 

Concernant les possibles conséquences sur le cerveau du fœtus, Christophe Bernard rappelle la difficulté de généraliser les résultats et appelle à la plus grande prudence : si l’influence de la consommation de caféine a été effectivement prouvée chez la souris, les certitudes quant aux effets néfastes pour le cerveau humain sont encore floues. Des conclusions à prendre avec des pincettes donc, même si d’autres études confirmeraient l’importance de limiter sa consommation de café quand on est enceinte : certaines études affirment que celle-ci aurait un impact sur le poids de naissance de l’enfant, qui serait sensiblement plus faible. Pour l’heure, le Programme National Nutrition Santé recommande de limiter sa consommation à trois tasses de café par jour.

Publicités