Infos à retenir 19-07

De nouvelles informations en lien avec l’enfance et la famille alimentent l’actualité. Voici les trois actus du moment qui ont retenu l’attention de la rédaction de PsychoEnfants.

Aux États-Unis, un spot sur les enfants laissés seuls dans les voitures

« Un enfant laissé seul dans la voiture par ses parents pendant que ceux-ci partaient faire les courses est mort aujourd’hui… ». C’est un fait divers que l’on a malheureusement pris l’habitude d’entendre régulièrement chaque été. Dès les premières chaleurs, ces bébés morts tragiquement émeuvent et choquent l’opinion publique. Aux États-Unis, certains ont décidé d’agir contre ce phénomène terrifiant. Une vidéo vient d’être mise en ligne (ici), montrant les effets d’une chaleur en constante augmentation sur un bébé abandonné dans la voiture par sa mère, partie faire les courses. Les auteurs de cette vidéo choc cherchent à éveiller les consciences face à un phénomène qui entraînerait la mort d’un enfant tous les 10 jours aux États-Unis.

Didier Drogba vient en aide aux enfants ivoiriens

Il a beau être une star planétaire du football, être passé par les plus grands clubs et gagner des millions par an, Didier Drobga n’oublie pas ses racines pour autant. Le joueur d’origine ivoirienne vient en effet d’annoncer qu’il donnerait près de 3 millions d’euros pour aider au financement de cinq hôpitaux, via sa fondation. Ces hôpitaux seront répartis sur le territoire de la Côte d’Ivoire et destinés exclusivement aux femmes et aux enfants pauvres. Alors que 80 % des fonds ont déjà été levés, le premier hôpital est en phase finale de construction, à Abidjan. Ce n’est pas la première fois que Didier Drogba agit pour aider le continent africain, puisqu’il a déjà financé de nombreux projets en faveur des enfants pauvres.

La mère d’une enfant autiste entame une grève de la faim

« Je ne veux pas que ma fille reste à l’hôpital à végéter toute la journée, comme un légume ». Voilà près de dix jours que Jacqueline Tiarti, mère de Mélissa, 7 ans, a commencé sa grève de la faim à Clamart, dans les Hauts-de-Seine. Depuis avril, sa fille autiste ne bénéficie plus du montant d’allocations nécessaires pour financer le psychomotricien et la psychologue qui la suivaient depuis des mois. En plus d’une baisse des aides, passant de 1100 à 704 euros par an, la mère de famille est toujours en attente d’une réponse pour un suivi de sa fille par un éducateur spécialisé. Cela fait deux ans et demi.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre blog, ici.

Publicités