Infos à retenir 05-07

De nouvelles informations en lien avec l’enfance et la famille alimentent l’actualité. Voici les quatre actus du moment qui ont retenu l’attention de la rédaction de PsychoEnfants.

Un chauffard de 13 ans

C’est un fait divers surprenant qui s’est déroulé lundi 1er juillet dans le Pas-de-Calais. En effet, un enfant de 13 ans a été arrêté par la police alors qu’il était au volant de la voiture familiale, transportant un passager de 12 ans. Alors que des policiers souhaitaient procéder à un contrôle, le véhicule a refusé de s’arrêter et a donc été pris en chasse par la police. La course-poursuite aurait pu mal se terminer puisqu’elle a pris fin après un choc frontal du véhicule conduit par l’enfant avec une autre voiture. Heureusement, pas de blessés graves à déplorer.

Trois enfants de 11 ans faisaient du deal de cannabis

L’information paraît inimaginable et pourtant, elle est tout ce qu’il y a de plus véridique. Trois enfants de 11 ans ont été interpellés en début de semaine près d’Arras. Ils sont accusés d’avoir revendu, pendant plus de 9 mois, du cannabis dans les toilettes de leur école primaire. Rémi, « cerveau » de l’affaire, se procurait le cannabis auprès d’un dealer de 17 ans, arrêté par la police, et en volait parfois à son père, également interpellé pour simple consommation. Interrogés, les parents d’’élèves de l’école primaire concernée oscillent entre étonnement et incompréhension. Les trois enfants ont quant à eux été placés dans des foyers de l’aide sociale à l’enfance.

La relation parent-enfant plus affectée par un divorce précoce

Une récente étude de l’Université de l’Illinois vient de montrer qu’un divorce précoce a des conséquences encore plus négatives sur les relations des parents et de l’enfant. Ainsi, les résultats obtenus par les chercheurs tendent à prouver que les parents qui ont divorcé avant les 5 ans de l’enfant entretiennent des relations moins solides avec lui, une fois adulte. C’est encore plus vrai avec le père, puisque 74 % des enfants de divorcés qui ont répondu à l’enquête ont grandi avec leur mère.

Un père condamné pour avoir secoué son bébé

Les faits remontent à plus d’un an. En mai 2012, un nouveau-né de 27 jours est amené d’urgence par les sapeurs-pompiers au CHU de Nancy. D’après le père, elle s’est arrêtée de respirer soudainement alors qu’il la berçait pour qu’elle arrête de pleurer. Cependant, les examens médicaux pratiqués sur le bébé révèlent des hématomes et un traumatisme crânien, symptômes évidents du bébé secoué. Le père affirme l’avoir remuée un peu car il a paniqué devant son arrêt respiratoire. L’argument de la mauvaise réaction a malgré tout été écarté par le tribunal qui a condamné le jeune père de 24 ans à 3 ans de prison avec sursis. Après avoir été un temps entre la vie et la mort, le bébé est finalement hors de danger, mais des séquelles sont à prévoir.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre blog, ici.

Publicités