Violence femme

Le 20 Juin 2013, le rapport de l’OMS dévoile que 30 % des femmes à l’échelle mondiale sont touchées par des violences physiques et sexuelles. Issue des données mondiales, l’enquête a été menée en collaboration avec la London school of Hygiene & Tropical Medicine et le Conseil sud-Africain de la recherche médicale. Explications.

Des résultats choquants

Gifles, bousculades, coups de poing, strangulations, brûlures, relations sexuelles forcées ou acceptées mais sous la peur… Les conclusions du rapport sont claires : les violences faites aux femmes n’épargnent aucun pays et aucun continent. ň l’aune du XXI siècle, 35 % des femmes, âgée de plus de 15 ans, ont été au moins une fois dans leur vie confrontées à des actes de violences physiques ou sexuelles. La plus grande majorité sous les coups du conjoint, du compagnon ou du partenaire intime. Les taux varient entre l’Afrique (45,6 %), l’Asie du Sud-Est (40,2 %), l’Amérique (36,1 %), la Méditerranée orientale (36,4 %), le pacifique occidental (27,9 %) et l’Europe (27,2 %).

Des conséquences aux recommandations

Les séquelles physiques et psychiques sont souvent graves. Les femmes victimes de violence sont deux fois plus susceptibles d’être atteintes de dépression mais aussi de connaître des problèmes d’alcoolisme. La probabilité de contracter des infections sexuellement transmissibles augmente aussi de 1,5 %. Par ailleurs, le rapport montre que les violences sont corrélées avec des grossesses non désirées, souvent synonymes d‘avortement.

L’objectif de l’OMS est de remédier à ce fléau mondial en multipliant les programmes de préventions, en améliorant les soins prodigués aux victimes, en assurant la confidentialité de leur dossier et en intégrant cette question de la violence dans la formation des personnels médicaux afin que ceux-ci puissent apporter une réponse adaptée aux victimes.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Selon vous, les femmes victimes de violence sont-elles suffisamment protégées. Pour en débattre, rendez-vous ici.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre blog, ici.

Publicités