Ados égocentriques

Une expérience menée dans une émission télévisée suisse révèle que les adolescents seraient plus égocentriques que les adultes. Basée sur un test pratique, elle met en cause le développement tardif des fonctions cognitives sociales.

Specimen est une émission scientifique de la Radio Télévision Suisse. Dans son dernier numéro, elle s’est penchée sur le supposé égocentrisme des adolescents. Pour vérifier ce « cliché », des psychologues ont mis en place une expérience ludique pour le moins surprenante (à retrouver en vidéo ici).

À expérience étonnante, résultats étonnants…

Ils se sont servis d’un meuble composé de cases, toutes visibles par les adolescents, mais certaines masquées par un cache aux adultes situés face à eux. Sur quelques cases se trouvaient des objets divers (jouets, voitures, etc.) Lorsqu’on demandait aux adolescents de descendre d’une case la voiture la plus haute, 9 fois sur dix, ils choisissaient certes la plus haute, mais uniquement pour eux. Seul le plus âgé du groupe testé a pensé à déplacer la voiture la plus haute dans la vision de l’adulte.

Le rôle du cerveau et des relations sociales

Pourquoi les adolescents n’arrivent-ils pas à se mettre à la place des autres ? Pour Deborah Badoud, psychologue spécialiste de l’adolescence à l’Université de Genève, la raison est simple : « Les capacités de cognition sociale sont encore en développement à cet âge ». C’est donc dans le cerveau qu’il faut chercher la cause de ce nombrilisme, et plus spécifiquement dans la partie temporo-pariétale et le cortex préfrontal, zone subissant énormément de modifications les vingt premières années de la vie d’un être humain. Cependant, Deborah Badoud précise : « Les activités des adolescents, comme les sorties entre amis, ont évidemment un rôle à jouer dans le développement des capacités cognitives ».

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre blog, ici.

Publicités