Travail des enfants

À l’occasion ce mercredi de la 12ème journée mondiale contre le travail des enfants, le Bureau International du Travail (BIT) publie son rapport annuel sur le travail des enfants dans le monde. Les conclusions sont préoccupantes.

Depuis 2002 est organisée dans le monde entier la journée mondiale contre le travail des enfants. Lancée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le but est de mettre en lumière un problème global : le travail, légal et illégal, des enfants. Cette année, la journée est consacrée au travail domestique.

Des conditions de vie et de travail intolérables

Qu’est le travail domestique ? Il s’agit d’effectuer, contre rémunération ou non, toutes les tâches et corvées qui se rapportent à la vie d’un foyer. Du ménage à la cuisine, en passant par les services aux personnes âgées ou le jardinage, les enfants sont exploités, humiliés, maltraités et n’ont absolument aucune liberté. Souvent logés chez leurs employeurs, « ils sont loin de leurs familles, ils sont isolés et sont en état de grande dépendance » selon les dires de Constance Thomas, directrice du programme pour l’abolition du travail des enfants de l’OIT. Cette violence morale s’accompagne parfois d’une violence physique, voire sexuelle, les avances des employeurs étant monnaie courante.

Un problème de développement mondial

Selon le BIT, environ 15,5 millions d’enfants de 5 à 17 ans seraient employés pour du travail domestique de par le monde. Bien que plus fréquent dans des pays africains comme la Côte d’Ivoire ou le Mali, ce type de travail est « présent partout dans le monde » selon Constance Thomas. Ainsi, des pays comme Haïti, le Pérou ou encore le Népal sont largement touchés par ce problème. Sur les 15 millions de travailleurs domestiques, la moitié a entre 5 et 14 ans. Plus inquiétant : 73 % sont des filles. Si le travail domestique ne représente que 5 % du travail des enfants dans le monde, il n’en est pas moins une problématique majeure, dans la mesure où il constitue un obstacle au développement des pays concernés. Pour améliorer le sort de ces enfants, l’OIT a adopté en 2011 la Convention n°189 sur les travailleurs domestiques, jusqu’ici ratifiée par seulement 8 pays.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre blog, ici.

Publicités