Alcool

Une étude publiée mardi 7 mai 2013 par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) montre une hausse de la consommation d’alcool chez les jeunes. Qu’il s’agisse des collégiens ou des lycéens, les comportements d’alcoolisation sont de plus en plus inquiétants.

Cette étude menée auprès de 10 000 élèves de la sixième à la terminale a de quoi alarmer. Les jeunes consomment de plus en plus d’alcool, et de plus en plus vite. Ils boivent leur premier verre très tôt. Et plus inquiétant : leur relation avec l’alcool a changé. Aujourd’hui, ils consomment pour être ivre.

Du premier verre…

À leur entrée au collège, plus de la moitié des élèves déclarent avoir déjà bu de l’alcool. Et plus ils avancent dans leur scolarité plus ce taux augmente. À la fin du collège, 83 % des élèves de troisième ont déjà consommé une boisson alcoolisée. À la fin du lycée, ils sont 93 %. Mais les premiers verres consommés par les jeunes sont des alcools « doux » et restent dans un cadre souvent familial. Pour Catherine Hill, épidémiologiste, le problème est plus général. « Les industries de l’alcool ont tout intérêt à ce que l’on zoome sur des sous-populations telles que les jeunes car cela évite de traiter la question fondamentale qui est qu’en France tout le monde boit trop. »

À l’ivresse

Le plus inquiétant est le mode de consommation d’alcool des jeunes. En grandissant, les adolescents boivent des alcools de plus en plus forts. Et leur objectif est d’atteindre l’ivresse. 7 % des élèves de sixième avouent avoir déjà été saouls, 17 % en quatrième et 69 % en terminale. « L’ivresse était auparavant un accident d’alcoolisation. Aujourd’hui, la ‘défonce’, c’est ce qu’ils recherchent », a déclaré sur Europe 1 Philippe Batel, médecin alcoologue. Cependant, la consommation d’alcool varie en fonction du sexe (les filles sont deux fois moins nombreuses que les garçons à boire régulièrement), du niveau scolaire et du niveau de diplôme des parents. Les enfants dont les parents ont fait des études supérieures consommeraient plus régulièrement que ceux dont les parents ont un diplôme inférieur au bac.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre blog, ici.

Publicités