Epilepsie OK3

Une étude, publiée dans Epilepsia, revue de ligue internationale contre l’épilepsie (LICE) montrerait que les enfants subissant de fortes crises d’épilepsie d’au moins 30 minutes seraient touchés par des troubles du développement lors des 6 semaines et l’année suivant les crises.

 L’épilepsie se caractérise par des crises convulsives sévères dont l’apparition est fréquente au cours des trois premiers mois de la vie. Les scientifiques de l’UCL Institue of Child Health de Londres ont mis en place une étude longitudinale à l’aide de 54 enfants âgés de 1 à 42 mois ayant eu au moins une crise avec des convulsions prolongées. L’objectif  de cette étude étant d’examiner les conséquences de ces crises sur le développement des enfants et leurs effets à long terme.

Conséquences  neurologiques

 Les évaluations neuropsychologiques et les analyses d’imagerie cérébrale indiquent que les enfants victimes de crises convulsives présentent des troubles du développement dès 6 semaines par rapport au groupe d’enfant témoins. Les résultats dévoilent une plus grande sévérité de ces troubles lors d’une crise épileptique que lors d’une crise fébrile, c’est-à-dire d’origine épileptique mais dont la survenue est principalement favorisée par la fièvre.

 Conclusion sur le long terme

 Les conséquences de ces crises persistent. Les chercheurs ont détecté les mêmes déficiences un an après chez les enfants. Le principal auteur le Dr Marina Martinos, précise que la durée des crises ne rend pas pour autant le trouble plus important.

Les auteurs ont conclu qu’une crise convulsive sévère peut avoir un impact sur le développement neurologique des enfants et donc conduire à des troubles du développement. Mais d’autres études restent à faire afin de déterminer les conséquences de ces crises à plus long terme.

Publicités