Unicef Ok

L’Unicef, centre de recherche du fonds des Nations unies, a publié mercredi les résultats de son rapport sur « le bien-être des enfants dans les pays riches ». Selon cette étude, la France se classe au 13e rang sur 29 pays avec des performances très inégales selon les 40 indicateurs mis en avant. 


Cette étude qui mesure les progrès accomplis dans cinq domaines de la vie des enfants, appelle les pays industrialisés à améliorer leurs actions en direction des enfants et des jeunes. En tête du classement, on retrouve les pays Nordique (Pays-Bas, Finlande, Islande, Norvège, Suède) et en fin de liste l’Europe du Sud (Espagne, Grèce, Italie, Portugal). Michèle Barzach, présidente de l’Unicef France, parle d’« un véritable baromètre internationale ». Ce document conclut qu’il n’existe pas de corrélation directe entre le niveau global de bien-être de l’enfant et le PIB par habitants.

En France aujourd’hui, la crise économique joue un rôle aggravant pour la situation des enfants, et sa position au 13e rang du classement est un résultat décevant.

Éducation, la France recule

Le classement de la France en termes de scolarisation est catastrophique. Le pays se situe au 18e rang. Malgré une première place pour la scolarisation de 4 à 6 ans, l’évolution se fait sur une pente descendante. Les résultats les plus critiques pour notre pays sont au niveau de la réussite scolaire à 15 ans et de l’enseignement secondaire. Enfin, c’est aussi notre pays qui regroupe le plus d’adolescents de 15 à 19 ans qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni sur le marché du travail.

Bien-être matériel, l’argent ne fait pas le bonheur

Le taux de pauvreté des enfants étant de 9,5 %, la France se place au 12e rang. Elle est donc loin derrière les pays Nordique, mais devant les États-Unis, et au coude à coude avec l’Allemagne. Contrairement au taux de privation qui l’a fait dégringoler à la 16e position.

Comportements et risques, consommation excessive de cannabis

Avec un taux deux fois plus faible qu’au Royaume-Uni, en matière de prévention de la natalité chez les adolescents et de consommation d’alcool, la France est bien classée. À l’inverse, la consommation de cannabis fait chuter notre pays en bas du classement, car 20 % des jeunes déclarent en consommer régulièrement.

Bien-être subjectif, nos adolescents se sentent bien

 Cette étude s’est aussi préoccupée du sentiment de bien-être personnel des adolescents. Pour 85 % d’entre eux leur vie est satisfaisante. Mais leur opinion change dans leur relation familiale, quand il s’agit du dialogue avec leurs parents. Seulement 50,3 % considèrent qu’il est possible d’avoir une discussion avec leur père et 71,2 % de communiquer avec leur mère.

Les résultats de cette étude représentent « un cocktail explosif qui appelle à un réel plan national pour la jeunesse renforçant la prévention, l’écoute et l’intégration des jeunes dans la société », avertit Michèle Barzach.

Publicités