Ipsos ado OK

À l’occasion du 9ème forum Adolescence à Paris organisé par la fondation Pfizer et ses deux partenaires, le ministère de l’éducation nationale et l’inserm, une enquête Ipsos a publié les résultats d’une étude sur le bien-être des adolescents. Ce sondage de santé public révèle que, malgré la crise, les jeunes Français se portent bien.

L’étude a été réalisée du 23 octobre au 13 novembre auprès de 800 adolescents âgés de 15 à 18 ans, de 800 adultes âgés de 25 et plus, et de 200 seniors âgés de 60 ans et plus. Dans un contexte socio-économique pourtant délicat, 71 % des adolescents se sentent bien à l’école et 69 % sont satisfaits de ce qui leur arrive.

La crise ne perturbe pas le moral des adolescents

77 % des jeunes interrogés se disent bien entourés par leurs amis contre 29 % qui ont des difficultés à aller vers les autres. La communication avec les parents est pour 85 % d’entre eux bonne. En revanche 47 % se sentent souvent sous pression et un quart mal dans leur peau. La vision des adultes en contact avec des adolescents est aussi plus optimiste que l’enquête de 2012. 62 % d’entre eux pensent que les ados sont souvent mal dans leur peau contre 74 % en janvier 2012.

Le difficile passage de l’adolescence à l’âge adulte

En ce qui concerne la trajectoire pour y parvenir, 29 % d’entre eux son impatient de passer ce cap, alors que 22 % l’appréhendent. Cette période de transition est marquée par trois piliers d’après les jeunes : les responsabilités (70 %), l’indépendance financière (66 %) et l’autonomie (42 %). Cependant dans cette société en crise, où l’accès à un travail et un logement est de plus en plus précaire, devenir adulte passe aussi par la parentalité. Devenir parent est vu par les adolescents comme le point de départ de l’indépendance et l’accès au statut d’adulte.

Publicités