Pleurs

Comment déterminer si un nourrisson manifeste de la douleur, de la colère ou de la peur quand il pleure ? En analysant l’activité de ses yeux ainsi que le rythme de ses pleurs. Voilà du moins ce que semblent avoir récemment découvert des chercheurs espagnols.

Devant les pleurs de bébé, les parents se retrouvent souvent désemparés, sans solution. Comment savoir ce que veut ce petit être ? Les travaux de chercheurs de l’université de Murcie en Espagne, publiés récemment dans la revue Spanish Journal of Psychology, pourraient les aider à mieux décrypter les mimiques de leur tout-petit. En effet, après avoir observé une vingtaine de bébés âgés de 3 à 18 mois, les scientifiques ont distingué différentes caractéristiques faciales pendant les pleurs. Et selon eux, c’est dans le regard des tout-petits et dans l’évolution de leurs pleurs que tout se jouerait.

Colère, peur, douleur

Si l’enfant est en colère, ses yeux restent ouverts ou à demi ouverts mais le regard, lui, reste vague. Si l’enfant est effrayé, il ouvre grand les yeux, fixe un point et il lui arrive de rejeter la tête en arrière. S’il a mal, il garde les paupières closes, ne les ouvre que très peu et plisse son front. Quand il est effrayé ou qu’il souffre, le bébé a tendance en outre à crier fort. À l’inverse de la colère qui se manifeste par une agitation et des cris de plus en plus puissants.

Instinct naturel

L’étude s’est également intéressée aux adultes qui ont des difficultés à différencier les pleurs, notamment ceux qui s’apparentent à la colère et à la peur alors qu’ils distingueraient plus facilement la souffrance physique. Les adultes seront d’ailleurs davantage affectés par cette dernière. Les chercheurs y voient une possible adaptation de l’évolution afin de susciter une réaction rapide en cas de menace pour la survie de l’enfant.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre site, ici

Publicités