Pères

Environ 80 personnes ont manifesté ce matin à Nantes pour le droit des pères à voir leurs enfants après le divorce. Cet événement fait suite au coup d’éclat d’un père, resté trois jours en haut d’une grue.

Moins d’une centaine de militants pour la cause des pères ont pris part ce matin à une manifestation à Nantes devant la mairie. Cette « journée d’action nationale » a lieu peu de temps après l’action très médiatisée de Serge Charnay, l’un d’entre eux. Ce père, privé de droit de visite à la suite de deux soustractions de son fils dont une avec violences, était resté perché dans une grue de la ville pendant plus de trois jours. Ce matin, les manifestants ont répondu à l’appel de l’association « SVP Papa » et de son président, Yann Vasseur, pour réclamer « l’égalité des droits père-mère ». « On demande la résidence alternée par défaut lors des séparations, en prenant des précautions liées à l’âge ou la distance géographique », a-t-il déclaré à l’AFP.

Jugements déséquilibrés

En France, c’est le juge aux affaires familiales qui décide, en cas de divorce, chez qui ira l’enfant. Et dans 72% des cas, la mère obtient la garde. Mais beaucoup de pères soucieux de leur relation avec leur enfant dénoncent une forme d’injustice. L’association «  SOS Papas » qui entend défendre l’égalité homme-femme dans la vie publique comme dans la vie privée, estime qu’en France 1,3 million de pères sont privés de leur enfant. La ministre de la Justice, Christine Taubira a reçu lundi les militants et a plaidé une « place plus importante à la médiation » dans les cas de divorce. Elle a également estimé que « nos lois sont plutôt satisfaisantes » mais que, selon elle, « les jugements ne sont pas équilibrés. »

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre site, ici

Publicités