ryth

Suite aux manifestations du mardi 22 et mercredi 23 janvier contre les modalités de la reforme sur les rythmes scolaires, le ministre de l’Education, Vincent Peillon, a déclaré ne pas avoir l’intention d’abandonner sa reforme.

Les enseignants étaient dans les rues la semaine dernière. Mardi 22 janvier, 2500 à 3000 professeurs des écoles se sont mobilisés à Paris pour exprimer leur inquiétude face à la reforme sur les rythmes scolaires. Ce mouvement s’est répandu dans différentes villes le lendemain, alors que le ministre de l’Education présentait son projet de loi sur la refondation de l’école au Conseil des ministres. Divers syndicats (SNUipp-FSU, FO, Sud, CGT, Sne-Csen, Sgen-CFDT) estiment que ce projet de loi est précipité et qu’il mérite qu’on s’attarde plus longuement dessus.

Des avis partagés

Les enseignants, quant à eux, considèrent qu’il ne prend pas assez en compte leurs conditions de travail et le bien-être des élèves. Face à cela, Vincent Peillon a répondu jeudi 24 janvier, que cette reforme était dans « l’intérêt des enfants » et qu’il allait continuer de l’« expliquer ». Beaucoup de spécialistes se sont déjà exprimés au sujet du retour à la semaine de 4,5 jours. S’appuyant sur de nombreuses études, les chronobiologistes estiment que la semaine de 4 jours était une erreur et qu’elle n’est pas favorable pour l’apprentissage des enfants. Mais quelle est la meilleure chose à faire pour les enfants ? Faut-il privilégier l’école le mercredi ou le samedi matin ?

PsychoEnfants a posé la question à René Clarisse, chronopsychologue, Maître de Conférences à l’université de Tours et spécialiste des rythmes scolaires.

P.E : Êtes-vous favorable à la semaine de 4 jours ?

René Clarisse : L’aménagement en 4 jours est le moins adapté. Il pose le problème de la fatigabilité des enfants due à la concentration des horaires.L’apprentissage massé avec 6 heures de classe par jour a des conséquences sur les capacités attentionnelle des enfants. Cette réforme propose de réaménager les heures de cours sur 4,5 jours. Il y aura donc moins d’heures de classe par jour, les enfants pourront être plus attentifs et donc plus performants dans leurs apprentissages.

P.E. : Faut-il privilégier l’école le mercredi ou le samedi matin pour la semaine de 4,5 jours ?

R.C. : En tant que chercheur, je suis plus favorable à la semaine de 4,5 jours avec cours le samedi matin. Les travaux que nous avons menés auprès de nombreuses écoles nous ont démontré que le samedi matin était plus bénéfique pour les enfants. En effet, le long week-end (samedi complet et dimanche) entraîne une désynchronisation pour la semaine qui va suivre et vient perturber les rythmes attentionnels. On remarque ainsi que les parents ont tendance à laisser veiller leur enfant plus tard dès le vendredi soir voire parfois même le jeudi soir car ils se disent que le week-end approche. Il faut le rappeler, c’est dans la régularité des couchers et dans le respect du temps de sommeil nécessaire à chacun que s’écrit le développement harmonieux de l’enfant tant sur le plan cognitif que sur le plan social. Si ces besoins ne sont pas respectés, les rythmes biologiques, les apprentissages et les performances en seront affectés.

P.E. : Est-ce que les enfants sont performants dans leurs apprentissages de la même façon tous les jours de la semaine ? Et existe-t-il des différences selon l’âge ?

R.C. : L’aménagement de la semaine de 4,5 jours avec école le mercredi matin serait assez adapté pour les plus jeunes, de la maternelle jusqu’au CP. Dans ce cadre là, le mercredi jouerait davantage un  rôle d’entraînement que de rupture. En effet, les performances attentionnelles progressent du lundi au jeudi : ne pas les faire travailler le mercredi les couperait dans leurs apprentissages. Le vendredi, quant à lui, indique une stabilité des performances au regard de celles du jeudi. En revanche, pour les plus grands, la semaine de 4,5 jours avec samedi matin travaillé est préférable. Leurs performances attentionnelles progressent du lundi au vendredi.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre site, ici

Publicités