Verres alcool

Le « binge drinking ». Sous cet anglicisme se cache une pratique adolescente des plus dangereuses. Boire le plus possible dans un court laps de temps. Une pratique à haut risque puisqu’une étude récente montre que l’absorption excessive d’alcool à l’adolescence peut entraîner à l’âge adulte une perte de contrôle de la consommation.

Boire jeune augmente les risques d’addiction à l’âge adulte. C’est ce que montre une étude de l’Inserm publiée dans la revue Neuropharmacology et qui révèle les dangers de la prise d’alcool excessive et régulière chez les jeunes. Une intoxication répétée à l’adolescence, alors que le cerveau n’a pas fini sa maturation, entraînerait une perte de contrôle de la consommation d’alcool à l’âge adulte et provoquerait des modifications neurologiques à long terme.

Qui a bu, boira

Pour en arriver à cette conclusion, l’équipe Inserm ERI 24 (groupe de recherche sur l’alcool et les pharmacodépendances) et son directeur Mickaël Naassila ont mené une expérience sur de jeunes rats, des animaux dont le métabolisme est très proche de l’être humain, ce qui permet de transposer les résultats. À plusieurs reprises, ils ont exposé les rats adolescents (30 à 40 jours après leur naissance) à d’importantes doses d’alcool et ont ensuite observé leur rapport à la boisson une fois adulte. Les résultats montrent que les rongeurs ayant connu de façon répétée un état d’ivresse alcoolique présentent plus tard une sorte de dépendance à l’alcool, qui les empêche de maîtriser leur consommation.

Le cerveau atteint

Pire encore : une intoxication alcoolique répétée provoquerait des modifications sur le cerveau. Les chercheurs ont démontré que les témoins exposés à l’alcool étant jeunes ont vu leur « noyau accumbens » (zone cérébrale qui joue un rôle primordial dans le comportement addictif) devenir moins réactif sur le long terme, ce qui les rend plus vulnérable face à l’alcool. Une étude qui a de quoi mettre en garde les parents quand on sait que plus d’un élève de 3e sur trois a déjà fait l’expérience de l’ivresse.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre site, ici

Publicités