Quel est le principal changement entre l’école d’aujourd’hui et celle de demain ? La question a été posée à 404 enseignants du primaire et du secondaire. Pour 44 % d’entre eux, la réponse est claire : le rôle pédagogique de l’ordinateur dans les salles de classe est une valeur sûre. 

Se concentrer, comprendre, interagir. En classe primaire, ces trois conditions réunies permettent à l’enfant d’allier le travail à l’épanouissement. Avec l’usage quasi incontournable des ordinateurs en salle de classe, qu’advient-il de ces clés pour l’apprentissage ?

Comment va l’école ? 

Participer, réfléchir, écrire. En classe, ces attitudes dépendent du potentiel de chacun. Mais comment capter l’attention d’un ensemble d’élèves ? Une possibilité serait d’utiliser un ordinateur ou un tableau numérique, deux supports stimulants le travail et plus particulièrement l’assimilation. C’est en tout cas ce que révèle une récente enquête IPSOS/Logica Business Consulting*.

Aujourd’hui, 52 % des enseignants ayant répondu à l’enquête utilisent l’ordinateur de façon hebdomadaire en salle de classe. Ils l’ont ainsi défini comme outil pédagogique stimulant pour capter l’attention des enfants.  Et 75 % d’entre eux estiment que son usage va aller en augmentant dans les années qui viennent.

Une question d’espace

En cours, les écrans débarquent, les fils se branchent, les tables se déplacent : quelles sont les conséquences sur l’organisation spatiale de la classe ? 84 % des professeurs interrogés ont estimé qu’il fallait intégrer les ordinateurs en conservant un espace propice à l’échange.

Leurs mots d’ordre ? Repenser les salles de classe en considérant l’ordinateur comme un réel support de travail. Pour développer un meilleur environnement pédagogique, ils ont pointé l’importance de la disposition du mobilier pour solliciter l’interaction : mettre les tables en face faciliterait la prise de parole et la considération de son entourage.

Prendre la parole

76 % des enseignants ont affirmé rencontrer de réels problèmes pour garder les élèves concentrés pendant plus d’une heure. 69 % d’entre eux ont aussi expliqué la difficulté à développer l’esprit critique des élèves.  La même majorité a exprimé l’impact positif des exercices sur ordinateur, en groupe ou individuel. La question de l’activité au sens propre du terme s’est ensuite posée. Pour les enfants dotés d’une souris d’ordinateur comme troisième main, l’écran engendre-t-il un manque de participation ? Un manque de sollicitation ? Selon les enseignants interrogés, la réponse est non. Les exercices sur ordinateur n’auraient pas d’effet négatif sur  la participation orale et à la vie de groupe.

L’ordinateur pourrait donc fonctionner comme médiateur pour des enfants mal à l’aise à l’oral : travailler sur un support technologique qu’il utilise en dehors de l’école lui permet de se familiariser avec l’espace de classe. La confiance et les efforts de l’élève s’en ressentent. Pour ceux qui participent facilement, l’ordinateur permet de diversifier l’approche pédagogique. Un enfant agité sera d’autant plus facilement concentré si son quotidien scolaire est plus rythmé que monotone.

 

 

* Enquête réalisée pour Steelcase Education Solutions. Du 26 octobre au 6 novembre 2012.

Publicités