Marie-Claire Noah, la mère de Yannick Noah, est décédée lundi des suites d’une longue maladie. C’est son association, les « Enfants de la Terre », qui a annoncé le décès de cette grande dame âgée de 75 ans. Retour sur la vie d’une femme d’amour et de courage, qui a consacré son existence à sa famille et aux enfants du monde.

Une maman d’exception

Marie-Claire Noah, c’est d’abord une vie pleine de sport. Née d’un père journaliste à l’Equipe, elle s’est ensuite mariée au footballeur camerounais Zacharie Noah et donnera naissance à Yannick, seul français à avoir gagné Rolland Garros en 1983. Dans les gradins des plus grands courts de tennis du monde, Marie-Claire était toujours là, discrète. Son plus grand et fidèle soutien. Lui-même donnera à sa mère un petit fils basketteur international, Joakim,  qu’elle surnommait intimement « Yooks ». Une famille soudée et solidaire. Un moral d’acier, un courage à toute épreuve et une force de vivre qu’elle lèguera à tout ses hommes et qui les mènera jusqu’au plus haut niveau. En mars 2012, Yannick et sa mère se confiaient à propos de leur relation sur Europe 1 : « c’est mon supporter numéro 1 depuis le début » avouait-il, expliquant qu’il considérait qu’elle lui avait donné la plus belle des preuves d’amour qu’une mère puisse faire à son enfant : le laisser partir du Cameroun, à 12 ans, pour vivre sa passion, sans jamais cesser de l’encourager. Dans une interview à propos de son petit fils Joakim, elle confiait récemment : « comme moi, Yooks n’aime pas perdre. C’est de famille ». C’est  d’ailleurs elle qui réconforta son fils et son petit-fils après la défaite en finale de l’Euro de Basket face à l’Espagne.

Les Enfants de la Terre, son bébé

« Les Enfants de la Terre sont orphelins », indique le message sur la page d’accueil du site de l’association. Cette initiative, c’était son projet. Fondée en 1988 avec son fils, les Enfants de la Terre accueillait, au sein des « Maison-Tendresse » des enfants sans foyer, isolés ou séparés de leur famille, dont les parents sont atteints de grave maladie. Une femme qui menait un combat de front pour les enfants en difficultés. Au cours de ces dernières années, Yannick Noah avait mobilisé de nombreuses personnalités pour des concerts en faveur des Enfants de la Terre. Ce projet commun, avec une mère qu’il décrivait comme tenace, bagarreuse et protectrice, c’est son fils qui en parle le mieux, elle qui avait su mettre la notoriété de son fils au service des enfants a toujours été la meilleure alliée de sa famille : « C’est une histoire familiale, un bout de ma vie et de la relation que j’ai avec ma mère depuis vingt ans. C’est une partie de nous », c’est ainsi que Yannick décrivait son engagement. Après le décès de cette femme de tête, ce n’est pas seulement sa famille qui est orpheline, mais tout les enfants des Enfants de la Terre dont « elle ne se séparait jamais »…

Publicités