Attendris ou amusés devant les ronflements de leur enfant, les parents ne savent pas encore que ces derniers révèleraient par la suite des problèmes de comportement, selon une récente étude…

 Hyperactivité, troubles de l’attention, dépression…

L’étude, publiée par des chercheurs du Cincinnati Children’s Hospital a rassemblé  359 bouts de choux âgés de 6 mois à 3 ans et leurs mamans (et les papas, alors ?). Les premiers furent observés, et les secondes ont rempli des questionnaires selon l’âge de leur rejeton (à 6 mois, à 1 an, à 2 ans, à 3 ans).

Les résultats, publiés dans la revue professionnelle Pediatrics, sont sans équivoque : les bébés ronflant bruyamment et de manière continue deux fois par semaine seraient plus susceptibles de développer des troubles du comportement, tel que l’hyperactivité, la dépression et l’inattention, contrairement aux enfants connaissant des nuits plus paisibles.

La solution : l’allaitement ?

Les problèmes d’endormissements (terreurs nocturnes, apnées obstructives, énurésie… ) sont fréquents pendant l’enfance. Pour palier à ces ronflements, un des auteurs de l’étude, Pr. Dean Beebe, suggère aux mamans d’allaiter leurs enfants, et ce même si 75 % des américaines leur donnent déjà le sein. En effet, plusieurs études publiées au préalable (et non commanditées par la lecce league) ont démontré les bienfaits de la mise au sein pour apaiser les ronflements de l’enfant.

Que faire ?

Quoiqu’il en soit, en cas de ronflement persistant, parlez-en à votre pédiatre. Il pourra alors vérifier l’espace entre les amygdales de votre enfant, ou demandera d’effectuer des enregistrements polygraphiques afin d’en savoir plus sur le type de ronflement dont il s’agit…

 

 

 

 

Publicités