Le miel serait plus efficace que le sirop pour soigner la toux des enfants, selon une étude israélienne publiée dans la revue scientifique Pediatrics.

Pour le philosophe Sénèque, « au malade, le miel est amer»… Mais pas pour nos chères têtes blondes, qui aiment tant se délecter du nectar sucré ! Et ce, d’autant plus qu’une nouvelle étude en pointe les vertus apaisantes sur la toux sèche de nos enfants, qui les empêche de dormir.

Contrairement aux sirops vendus en pharmacie, dont les parents doivent vérifier le surdosage éventuel, la substance produite par les abeilles est moins couteuse et disponible partout. Pour mener à bien l’étude, 300 enfants âgés de 1 à 5 ans, souffrant d’un rhume depuis plusieurs jours, se sont vus divisés en deux groupes : avant de se coucher, le premier recevait une cuillère à café (10 grammes) de miel, le second un placebo (du sirop de datte au goût sucré mais ne contenant pas de miel), sans savoir ce qu’ils avaient reçu. Les parents ont ensuite noté l’ampleur des quintes de toux de leur enfant sur une échelle de 1 à 7, et surtout, l’impact de cette toux sur leur sommeil.

Riche en antioxydants

Selon les témoignages recueillis a posteriori, une amélioration des symptômes et de la qualité du sommeil des enfants comme des parents a été observée dans les deux groupes. Elle était toutefois plus élevée chez les enfants ayant pris du miel (miel d’eucalyptus, d’agrumes, de lavande ou romarin) que chez ceux ayant avalé le placebo, avec un point d’écart sur une échelle de 1 à 7. Antiseptique naturel, le miel est également très riche en antioxydants, qui aident à combattre les infections à l’origine du rhume, surtout les miels les plus sombres (type acacia).

Adoucit la gorge et les toux sèches

En outre, le sucre que contient le miel provoque une hypersécrétion de salive et de mucus, des liquides précieux qui viennent adoucir les maux de gorge et les toux sèches, bien plus rapidement qu’un sirop contre la toux.

Précautions d’usage :

–  Le miel ne doit pas être donné à des enfants de moins d’un an. En effet, ces derniers ne sont pas encore immunisés contre la bactérie clostridium botulinum, à l’origine des cas de botulisme infantile (une infection qui se produit par germination dans l’intestin d’un enfant en bas âge)

–   Parents, restez vigilants sur la consommation de vos enfants. Pris en trop grande quantité ou ingurgité par erreur, le miel peut devenir nocif, surtout pour ceux qui ont le foie fragile.

Advertisements