A l’occasion de la 10e journée mondiale contre le travail des enfants, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) souligne une triste réalité : 215 millions d’enfants travaillent dans le monde.

 Dans son rapport de 2010 sur le travail des enfants, le Bureau International du Travail (BIT) publiait des chiffres alarmants : 215 millions d’enfants travaillent dans le monde. L’OIT a donc profité de cette journée mondiale pour publier à nouveaux ce constat. De 2004 à 2008, une diminution a tout de même été observée par le BIT : le nombre d’enfants au travail âgés de 5 à 14 ans a baissé de 10%. Le nombre de filles a diminué de 15% tandis qu’il a augmenté de 7% pour les garçons. En 2009, le BIT avait annoncé que le travail des enfants risquait d’augmenter avec la crise.

 5 millions d’enfants victimes de travail forcé

Parmi ces millions de petites mains, il faut distinguer les victimes du travail forcé et du travail illicite (aussi appelé travail illégal ou travail au noir).
5 millions d’enfants sont victimes de travail forcé selon des chiffres publiés par l’OIT le 1er juin dernier. Ils sont souvent victimes d’exploitation sexuelle à des fins commerciales ou de servitude pour payer les dettes. L’Asie compte le plus grand nombre de travailleurs forcés, suivi de l’Afrique puis de l’Amérique Latine. L’Europe, elle, abrite 1,5 million de victimes.
Le travail illicite des enfants est plus difficile à chiffrer puisqu’il est d’autant moins déclaré. Néanmoins, un rapport de l’OIT datant de 2008 estimait que 86% des enfants de 5 à 14 ans travaillaient de manière illégale. Les zones les plus touchées par ce fléau sont l’Inde, le Pakistan et le Brésil.

Le travail des enfants reste une donnée d’actualité, même s’il n’existe pas de chiffres très récents. L’OIT n’a toutefois pas perdu de vue son objectif : éliminer progressivement mais sûrement le travail des enfants.

Retrouvez l’ensemble de nos articles sur notre site, ici

Image: FreeDigitalPhotos.net

Publicités