La musique adoucit les mœurs? Pas si sûr. D’après une enquête hollandaise menée par le Dr Sharon Lévy, écouter de la musique développerait des comportements à risque chez les ados…  

La musique, mère tous les « vices » ?

Après avoir mené l’enquête sur un échantillon de 944 étudiants âgés de 14 à 24 ans, le Dr Lévy et son équipe ont constaté qu’écouter de la musique à un niveau élevé multiplierait les risques de laisser libre cours aux dérives de l’alcool, de la drogue et des rapports sexuels non protégés. En effet, les résultats montrent que chaque étudiant ayant écouté de la musique plus d’une heure à 89 décibels était potentiellement enclin à ces comportements sans barrières.

La musique : injustement blâmée ?

Si l’étude est formelle, il faut néanmoins la mettre en relation avec la nature des lieux traditionnels de partage de la musique (boîte de nuit, soirées, concerts ), à savoir des endroits invitant à l’ivresse et à la désinhibition. Ainsi, les chercheurs révèlent que les night clubers seraient six fois plus susceptibles de s’enivrer, deux fois plus tentés d’avoir des rapports sexuels non protégés et ils seraient deux fois plus agressifs que les individus ayant consommé de la musique sous le seuil de 89 décibels.

Retrouvez tous nos articles sur notre site, ici

Publicités