Les violences conjugales n’épargnent aucun pays et aucune catégorie sociale. Elles ont de graves conséquences pour la victime, à la fois physiques et psychiques. Mais qu’en est-il des jeunes témoins innocents ? Une récente étude canadienne publiée le 22 mai dernier montre que le nombre d’enfants témoins de violences familiales est en hausse. Explications.

Selon les données fournies par la police fédérale canadienne et publiées par Statistique Canada, les enfants sont de plus en plus nombreux à être témoins de violences conjugales. L’enquête révèle que sur 99 000 adultes victimes de brutalités au sein de leur famille, plus de 52 % d’entre eux ont déclaré qu’ils avaient été vus ou entendus par leur enfant. Ce chiffre est en constante hausse depuis 2004, où 43 % des enfants avaient assisté à ce type de voies de fait. L’étude montre également que les violences exercées étaient d’autant plus fortes lorsqu’un enfant en était témoin.

Jean-Luc Tournier, psychothérapeute et auteur de L’enfant exposé à la violence conjugale*, nous apprend que «  dans plus de la moitié des cas, la violence conjugale apparaît avec l’annonce d’un enfant à venir. Le passage du lien conjugal au lien parental est un tournant redoutable pour de nombreux couples. ».

Dans de tels cas de figure, il est important de se demander quelles seront les éventuelles répercussions sur le devenir de ces enfants. Pour le psychothérapeute, « les impacts sont très variables d’un enfant à l’autre » et ne peuvent être anticipés avant une thérapie.

*aux éditions De Boeck

Retrouvez tous nos articles sur notre site, ici

Image: FreeDigitalPhotos.net

Publicités