Selon une nouvelle étude néerlandaise, les femmes qui souhaitent accoucher assises ou debout ne le pourraient que rarement. Plusieurs facteurs viendraient l’expliquer comme par exemple le manque d’informations ou la pénurie de moyens dont disposent les sages-femmes.

Les femmes qui souhaitent accoucher d’une manière peu conventionnelle, debout ou assises, ne le font pas souvent dans les faits. Tel est le constat d’une récente étude néerlandaise publiée dans le Journal of Psychosomatic Obstetrics & Gynecology et menée auprès de 1154 femmes. Ainsi, 59 % d’entre elles affirment qu’elles souhaitent accoucher sur le dos, 20 % debout ou accroupies et enfin 21,5 % n’émettent pas de préférence.

Des facteurs aidant

Si les femmes qui voulaient accoucher sur le dos y parviennent généralement, il n’en va pas de même pour celles qui souhaitent donner la vie d’une manière plus originale. Celles qui sont tout de même parvenues à accoucher comme elles l’entendaient le faisaient généralement quand la durée de la deuxième phase du travail devenait importante. En effet, ce cas encourage à tester des positions plus adéquates et physiologiques que donner la vie en étant allongée sur le dos.

Une meilleure écoute

Cela se vérifiait également lorsqu’elles avaient un niveau d’éducation plus élevé qui leur permettait d’être mieux informées et de davantage défendre leurs choix ou lorsqu’elles accouchaient à domicile car elles étaient alors plus libres de leurs mouvements. Souvent, les sages-femmes manquent de temps et de moyens pour bien accompagner les futures mères et écouter leurs désirs, ce que déplorent les auteurs de l’étude.

Retrouvez cet article sur notre site, ici

Publicités