La Haute Autorité de Santé (HAS) publiait ce 22 mars ses recommandations afin d’aider les professionnels de la santé à mieux encadrer la pratique de la césarienne programmée. L’institution faisait également paraître un document destiné à informer les femmes enceintes.

Aujourd’hui une femme sur cinq accouche par césarienne en France. Pour la moitié d’entre-elles, l’opération est planifiée à l’avance et non pas pratiquée dans l’urgence. La HAS précise que les césariennes programmées représenteraient environ 7,4% des naissances. Or cette opération ne doit pas être banalisée ni pratiquée pour de simples raisons de commodité. Visant à améliorer cette pratique et éviter les dérives, la Haute Autorité de Santé recense donc une série de recommandations et d’indications pour aider les médecins face à des situations variées et complexes.

Aider les médecins

Parmi ces indications, la HAS préconise un certain nombre de cas pour lesquels la césarienne programmée se justifie : les femmes en ayant déjà eu, les grossesses gémellaires, la présentation par le siège, une macrosomie*, le risque de transmission mère-enfant de certains virus ou indications plus rares comme le mauvais positionnement du placenta. En redéfinissant ces indications, les médecins sont plus à même d’orienter les femmes vers une césarienne programmée ou un accouchement par voix naturelle. La décision peut ainsi être prise suffisamment en avance et en concertation avec la femme enceinte.

Informer les femmes enceintes

La HAS recommande en effet que la future mère soit informée le plus tôt possible pour permettre un échange constant et éclairé avec le personnel médical. Elle doit avoir connaissance du rapport entre les bénéfices et les risques de l’intervention et son déroulement. Si la césarienne programmée est demandée par la future mère, la HAS conseille de rechercher les raisons de cette demande, comme la peur de la douleur ou une mauvaise expérience lors d’une précédente grossesse. Dans ce cas, l’institution préconise un suivi personnalisé, sachant que le choix du mode d’accouchement se fait en concertation avec la future mère et le personnel médical. La HAS publie par ailleurs un document d’information sur le sujet destiné aux femmes enceintes, qu’elle laisse à disposition en ligne, ici.

* Macrosomie : poids estimé du bébé supérieur à 4kg

Retrouvez notre article sur les césariennes programmées dans notre magazine 22, à commander ici.

Retrouvez cet article sur notre site, ici.

Publicités