Des chercheurs américains ont réalisé une étude selon laquelle le degré d’amour et de soutien que les parents portent à leurs enfants agirait sur le développement de leur cerveau.  

Publiée dans la revue scientifique américaine Pnas*, l’étude a été menée par des chercheurs de l’université de Washington sur 92 enfants âgés de 7 à 13 ans et qui avaient déjà participé à une étude similaire lorsqu’ils avaient entre 3 et 5 ans. Celle-ci montre que prendre soin de son enfant aurait une incidence sur la taille de son hippocampe. Cette zone du cerveau joue un rôle essentiel dans la régulation du stress et dans la capacité de la mémoire.

Différence de 10% 

À l’aide de l’imagerie cérébrale (IRM), les chercheurs ont pu mesurer le volume de l’hippocampe en simulant des scènes de la vie quotidienne et en observant en parallèle l’attitude de la mère envers l’enfant. Selon les premiers résultats, la taille de l’hippocampe des enfants soutenus et aimés est environ 10% plus grosse que pour les autres. Les bambins les plus choyés seraient donc moins sensibles au stress et auraient moins de difficulté dans l’apprentissage. Bien entourer son enfant influencerait ainsi sa vie future comme le déclare le Dr Joan L Luby, auteur de l’étude : « Un environnement attentif et aimant a clairement un fort impact pour le développement futur des enfants ». L’étude a également constaté par comparaison, grâce à l’utilisation de l’imagerie médicale, que le volume de l’hippocampe des enfants en dépression était réduit.

* Pnas : Proceedings of the National Academy of Sciences

Retrouvez nos articles sur notre site, ici.

Publicités