Selon une récente étude suédoise, la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse serait dangereuse pour la santé du nourrisson. Le risque que l’enfant souffre d’hypertension pulmonaire se verrait multiplié par deux.

Une étude suédoise s’était déjà penchée en 2008 sur les effets indésirables des antidépresseurs en estimant même un taux de décès dus à la prise de ce type de médicaments. Aujourd’hui, The British Medical Journal publie une étude suédoise menée par l’institut Karolinska qui s’intéresse cette fois aux effets des antidépresseurs pendant la grossesse. Leur conclusion révèle que la prise de ces médicaments multiplierait par deux le risque d’hypertension pulmonaire chez le bébé.

Une étude de grande envergure

Les recherches se sont basées sur 1,6 million de naissances entre 1996 et 2007 dans cinq pays nordiques (Danemark, Finlande, Suède, Norvège et Islande). Sur cette large période, les chercheurs ont pu constater que sur 28 000 femmes ayant pris des antidépresseurs pendant leur grossesse, 65 enfants sont nés avec une hypertension artérielle pulmonaire. La classe des « inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine » (ISRS), comme le Prozac®, a pour effet de produire de la sérotonine. En excédent, elle nuirait au développement du foetus.

Quelles contre-indications ?

En France, il n’y a pas aujourd’hui de contre-indication pour la prescription de ce type de médicaments pendant la grossesse. Or, les premières semaines sont cruciales dans la formation du coeur du foetus. Les Français sont d’ailleurs les plus gros consommateurs d’antidépresseurs ou de psychotropes dans le monde.

Retrouvez nos articles sur notre site, ici.

Publicités