La Secrétaire d’Etat à la famille et le Président de la Miviludes* viennent de lancer une campagne de sensibilisation contre « les dérives sectaires » destinée aux familles. Selon eux, le nombre d’enfants élevés dans un contexte sectaire, en France, ne cesse d’augmenter.

Lundi 16 janvier 2012, Claude Greff, Secrétaire d’Etat à la famille et Georges Fenech, Président de la *Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (MIVILUDES), ont lancé une campagne de sensibilisation aux « dérives sectaires ». « Nous voulons une action coup de poing » a affirmé la Secrétaire d’Etat. Pour ce faire, ils ont tout deux signé une convention qui prévoit : une information commune destinée aux familles et postée sur le site Internet de la Miviludes dès le 9 février, de nouvelles formations destinées aux professionnels de l’enfance et aux écoutants de l’association « Allo 119 Enfance en danger ». La connaissance des dérives sectaires sera approfondie dans les centres et les instituts de formation dès le mois de mars 2012.

10 000 affiches

Dans la même journée, Claude Greff s’est également rendue au lycée Faidherbe de Lille où elle a collé la première affiche de la campagne de sensibilisation. « Face au phénomène sectaire, parents, soyez vigilants », voici le message qui y figure et qui sera transmis grâce aux quelques 10 000 affiches qui seront diffusées dans différents lieux fréquentés par des enfants et leur famille. Sont en particulier concernés : les établissements scolaires, les crèches, les services sociaux chargés de la petite enfance, les maisons d’adolescents, les Points Info Famille ou encore les Caisses d’allocation familiale.

La santé, une cible de choix

De nos jours, les gourous passent par le domaine de la santé pour convaincre de nouveaux fidèles. Claude Greff explique que l’attention est alors portée sur les enfants, considérés comme des proies faciles : « Confrontés à des problèmes touchant leurs enfants, les parents désarmés ne savent pas toujours vers qui aller ». C’est lorsque la médecine traditionnelle échoue, qu’il est alors aisé d’entraîner les familles vers ce que l’on appelle les « déviances thérapeutiques ». En France, environ 60 000 à 80 000 enfants sont élevés dans un contexte sectaire.

 

Retrouvez tous nos articles sur notre site, ici.

Publicités