Il est toujours difficile de savoir si on est un bon parent, si on est responsable et juste dans l’éducation que l’on inculque à son enfant. Comment aider celui-ci à s’épanouir, à grandir dans de bonnes conditions ? François Dumesnil, psychologue et conférencier, aborde ces questions dans son nouveau livre Être parents, ça s’apprend.

PsychoEnfants : Pourquoi  avoir écrit ce livre et comment avez-vous sélectionné les questions abordées ?

François Dumesnil : J’ai voulu poser un regard original sur les multiples facettes du rôle parental dont j’avais exposé les fondements dans mon précédent livre (Parent responsable, enfant équilibré). J’aborde à travers une série de courts textes, les enjeux dans lesquels les parents se sont engagés avec leurs enfants. Et je propose des solutions pratiques qui s’inscrivent dans une compréhension renouvelée de la contribution des parents, qui tranche avec ce qui est véhiculé par les approches éducatives conventionnelles.

Mon premier souci a été de choisir des questions pour lesquelles la réponse que j’avais à proposer allait au-delà de ce que le sens commun pourrait suggérer. Ainsi je proposerais aux lecteurs de se demander ce qu’ils répondraient spontanément à chacune des questions avant de lire ma réponse. Leur constat devrait être que les argumentations que je leur soumets les ouvrent à une autre manière de voir les choses et que la recherche du mieux en matière d’éducation peut exiger de nous que l’on aille au-delà de l’évidence.

Ce livre est susceptible de rejoindre davantage les jeunes parents parce que les réalités auxquelles je fais référence les interpellent de façon plus immédiate dans leur quotidien.

PE :  Dans ce livre, vous parlez des qualités d’un bon parent, quelles sont-elles selon vous ?

FD : Ma perception des qualités qui font d’une personne un bon parent est davantage issue de ma compréhension du rôle parental que d’observations ponctuelles.

Plus que toute autre chose, les enfants ont besoin d’évoluer sous le regard de quelqu’un qui a la disponibilité affective pour leur communiquer la conviction qu’ils ont une valeur, et qui a le discernement pour les guider de manière à ce qu’ils incarnent cette valeur dans la réalité. Ils ont besoin d’une personne qui pose sur eux un regard lucide et sensible ; qui est capable de se décentrer de son propre besoin de devenir quelqu’un pour répondre à celui de son enfant et qui a la faculté de mettre la réalité en perspective pour déterminer ce qui est le mieux pour l’enfant, capacité que celui-ci n’a pas. Ce sont là les qualités premières d’un bon parent.

PE : Pour vous, que faut-il faire pour permettre à son enfant d’être heureux et épanoui ?

FD : Ceux qui croient qu’on peut rendre un enfant heureux en le laissant faire ce qu’il veut font fausse route. Parce que les enfants ne font pas ce qu’ils veulent, ils font ce que leurs impulsions leur commandent.

Les enfants veulent deux choses : ils veulent affirmer leur valeur et être aimés. Laissés à eux-mêmes, ils sont incapables d’y arriver. Pour permettre à un enfant d’être heureux et épanoui, il faut l’aider à se construire comme individu. D’abord en lui permettant d’acquérir une valeur par la qualité de notre encadrement. Et ensuite, en reconnaissant cette valeur par la qualité de notre regard.

Être parent, ça s’apprend, François Dumesnil, Marabout,  5,90 €.

Retrouvez tous nos articles sur notre site, ici.

Publicités