Jeudi 12 janvier, Valérie Létard, sénatrice du Nord, a remis le rapport sur le plan autisme 2008-2010 à Roselyne Bachelot. Ce document souligne, entre autres, le grand retard de la France concernant la prise en charge des personnes atteintes de cette pathologie.

Jeudi 12 janvier, Valérie Létard a remis à Roselyne Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion Sociale, son rapport concernant le plan autisme 2008-2010. En collaboration avec Loïc Geffroy, conseiller général des établissements de santé, elle avait été chargée de mesurer son impact et de noter les points d’aide et d’encadrement qui montrent des lacunes.

Une prise en charge défectueuse

Seulement, ce dossier s’avère plutôt accablant pour la France, qui se trouve loin derrière les pays anglo-saxons et nordiques, concernant la prise en charge des personnes atteintes d’autisme. En effet, il existe trop peu de structures spécialisées : en 2008, 3 500 personnes ont été obligées de quitter la France pour la Belgique, afin d’avoir accès à des soins. Si, dans le plan mis en place la même année, le gouvernement promettait le financement de 4 100 places (2 000 pour les adultes et 2 100 pour les enfants) en plus dans les centres spécialisés, le rapport note qu’à la fin 2010, seulement 1672 ont été créées en tout. À ces chiffres inquiétants, s’ajoute le temps d’attente pour obtenir un diagnostic : environ 10 mois, quasiment autant que pour toucher l’aide de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Un  problème lorsque l’on sait que plus tôt la pathologie sera diagnostiquée, plus il sera possible de bien la soigner.  Mais pour établir un diagnostic, il faut permettre un accès aux professionnels et aux parents à plus de formations et mettre au point un système d’aide adapté, qui conviendrait aussi bien aux psychiatres qu’à la famille. « L’opposition entre des conceptions de nature essentiellement psychanalytiques, portées par une large proportion de psychiatres, et la demande pressante exprimée par les associations de famille, d’un recours aux approches éducatives et thérapeutiques n’est pas encore surmontée », indique Valérie Létard.

Aucun chiffre fiable

Aujourd’hui, en France, le nombre de personnes atteintes d’autisme est estimé à 400 000. Un chiffre encore approximatif, qui pose problème à Valérie Létard. Dans son rapport, cette dernière demande à ce que le Comité National de Concertation (qui est chargé de suivre le plan Autisme) mette en place une étude épidémiologique, afin de connaître avec plus de fiabilité le nombre d’autistes vivant dans l’Hexagone. François Fillon a également reçu le dossier, qu’il étudiera en vue de la Journée Internationale de l’Autisme, qui aura lieu le 2 avril.

Déclaré Grande Cause Nationale 2012, l’autisme sera l’objet de journées parlementaires, auxquelles pourront assister les parents d’enfants autistes. Durant celles-ci, des solutions aux problèmes qui se posent dans le rapport de Valérie Létard tenteront d’être trouvées. À l’heure actuelle, 1 230 places dans des structures spécialisées ont été ajoutées au projet, en plus des 4100, bien que les fonds n’aient pas encore été débloqués.

 

Retrouvez tous nos articles sur notre site, ici.

Publicités