Une nouvelle étude américaine démontre que, dès 5 ans, les enfants réalisent que l’on se sent mieux quand on voit la vie de manière positive. Un constat qui serait renforcé lorsque les parents sont eux-mêmes optimistes.

Les parents qui voient les choses de façon optimiste ont généralement des enfants qui font de même. Ainsi, 90 petits âgés de 5 à 10 ans se sont prêtés à une expérience menée par l’Université de Californie. Ils ont écouté six histoires illustrées dans lesquelles deux personnages devaient réagir en fonction des situations, qu’elles soient positives, négatives ou plus ambiguës. Le personnage qui avait une pensée positive voyait les choses de manière optimiste et celui qui avait une pensée plus pessimiste envisageait l’événement sous un jour plus sombre.

Distinction des pensées

Les enfants et leurs parents ont ensuite répondu à un questionnaire pour apprécier leur niveau personnel d’espoir et d’optimisme. Les petits ont également du dire ce qu’ils avaient pensé des réactions des deux personnages et de leur manière d’envisager les choses face à une situation identique. Les enfants, dès 5 ans, ont noté que l’on se sentait mieux lorsque l’on avait des pensées positives. Ce constat a été encore plus flagrant avec les enfants un peu plus âgés.

L’influence parentale

En revanche, dans les situations négatives, les enfants ont eu davantage de difficulté à voir en quoi la pensée positive pouvait aider. Les chercheurs se sont alors aperçus qu’à cet instant c’est l’attitude parentale qui leur permettait de mieux comprendre les avantages à penser positivement. Ainsi, les parents qui considèrent les faits de manière optimiste encouragent leurs enfants à faire de même.

Publicités