Deux nouvelles études tendent à montrer que la prise de médicaments pour lutter contre l’hyperactivité n’augmenterait pas les risques cardiaques. Des données rassurantes pour les familles.

La menace de risques cardio-vasculaires accrus pour les consommateurs de médicaments contre les troubles de l’attention et l’hyperactivité semble s’éloigner. C’est en tout cas ce que laissent présager deux études récentes. L’une d’entre elles a concerné plus d’1,2 millions d’enfants et de jeunes adultes de 2 à 24 ans tandis que la deuxième s’est davantage concentrée sur les adultes. Ces recherches ne révèlent aucun lien entre les traitements contre l’hyperactivité et l’apparition d’un problème cardio-vasculaire. En effet, les chercheurs n’ont pas constaté un risque accru d’évènements cardio-vasculaires chez les personnes qui prennent régulièrement ce type de traitement.

La prudence reste de mise

Pourtant, les chercheurs restent prudents, notamment parce que, sur le nombre d’enfants étudiés, seuls près de 375 000  prenaient ce médicament sur une longue durée. Autres éléments de prudence mis en évidence : les courtes durées de traitement et de suivi des adultes. Selon les auteurs, tous ces éléments pourraient expliquer qu’un risque n’ait pas forcément été détecté pendant ces études. Malgré ces éléments de doute, les résultats semblent tout de même plutôt rassurants pour  les familles et les médecins.

Des recommandations à suivre

Le principal traitement utilisé contre les troubles de l’attention et l’hyperactivité est le méthylphénidate, contenu notamment dans la Ritaline. Ce remède fait l’objet de recommandations de l’agence européenne du médicament. Avant de le prescrire à un patient, les médecins doivent désormais rechercher des anomalies de pression artérielle ou de fréquence cardiaque, mais aussi certains troubles psychiatriques comme la dépression ou les comportements suicidaires. Tous ces critères doivent également faire l’objet d’une vérification au cours du traitement. Si une irrégularité est observée, l’avis d’un cardiologue est indispensable. Enfin, un ralentissement de croissance ayant été constaté chez les enfants traités sur une longue durée, le poids et la taille doivent aussi être contrôlés.

Retrouvez notre article sur l’hyperactivité sur notre site Internet :

Hyperactif ou hypertonique ?

Publicités