Le Secrétariat d’État à la Famille et les acteurs de l’industrie et de la distribution des jeux vidéo viennent de signer une charte. Celle-ci vise à renforcer l’information apportée aux consommateurs qui n’achètent pas toujours des jeux vidéo adaptés à l’âge de leur enfant.

Les jeux vidéo sont très plébiscités par les enfants, qui plus est à la veille de Noël. Mais bien souvent, les parents cèdent aux demandes des jeunes et leur achètent un jeu qui n’est pas toujours adapté à leur âge. C’est pour combattre ce constat que le Secrétariat d’État à la Famille a récemment mobilisé les grandes enseignes sur le sujet. Certaines grandes marques comme Carrefour, Auchan, la Fnac, Boulanger et Game ont signé cette charte visant à mettre en avant le Pegi.

Une signalétique trop méconnue

Le Pegi est une signalétique européenne déjà présente sur les boîtiers des jeux vidéos. Elle indique notamment l’âge auquel s’adresse le jeu, s’il contient des scènes de violence, de sexe… La charte prévoit également que les vendeurs soient mieux formés sur ces enjeux et y sensibilisent davantage les parents avant leur achat. Toutefois le Pegi ne constitue qu’une indication et n’interdit pas la vente de ces jeux si l’enfant n’a pas l’âge recommandé.

Aviser les parents

Il revient donc aux parents de s’intéresser au passe-temps de leur enfant pour mieux cerner ce qu’ils acceptent de lui acheter. De plus, les enfants acceptent mieux les interdits quand les parents savent de quoi ils parlent. Un site avait été créé en 2008 pour les épauler dans la découverte de cet univers, www.pedagojeux.fr. Courant janvier, des spots seront diffusés à la télévision pour renforcer cette sensibilisation.

 

Publicités