Depuis quelques années, le yoga et la sophrologie se répandent de plus en plus dans nos sociétés caractérisées par le stress et le manque de temps. De nombreux adultes apprennent à renouer avec leur corps et à maîtriser leur anxiété en s’adonnant à des exercices issus de ces pratiques. Avec son ouvrage J’aide mon enfant à maîtriser son stress, Sylvie Sarzaud, sophrologue, souhaite proposer des exercices à pratiquer avec son bambin, pour qu’il puisse, lui aussi, profiter des bienfaits de ces deux disciplines. Relaxation, gestion du stress et confiance en soi, tels sont les objectifs proposés par cette ancienne professeur des écoles.

PsychoEnfants : Pourquoi avez-vous écrit cet ouvrage et à qui est-il destiné ?
Sylvie Sarzaud : À l’origine, cet ouvrage était spécifiquement destiné à mes collègues enseignants. Après ma formation à l’ « École de Somatothérapies et Sophrologie Appliquées » de Tours, plusieurs d’entre eux m’ont demandé comment utiliser ces pratiques en classe afin d’améliorer l’attention des élèves, les aider à récupérer de l’énergie au cours de la journée, à développer la confiance en leurs capacités avant une évaluation. Mais, lorsque j’ai présenté mon projet aux éditions Eyrolles, on m’a fait remarquer que tous les parents étaient concernés par le bien-être de leurs enfants et que le yoga et la sophrologie répondaient parfaitement à ces besoins. J’ai donc retravaillé mon texte en ce sens, tout en conservant l’intention de départ : sélectionner des exercices courts et faciles à mettre en place, c’est-à-dire qui ne nécessitent pas beaucoup d’espace ni de matériel.

P.E. : Les exercices que vous proposez sont issus du yoga et de la sophrologie. Ces deux disciplines sont donc complémentaires ?
S.S. : Le yoga est une discipline ancestrale, un système philosophique à part entière. Dans les années soixante, quand le Dr Caycedo a mis au point la sophrologie, il s’est largement inspiré du yoga. Mais il a aussi emprunté à d’autres courants : l’hypnose thérapeutique, les techniques de relaxation, la phénoménologie existentielle et même le zen et le bouddhisme. Je comprends plutôt la sophrologie comme un produit dérivé du yoga, entre autres, mais mieux adapté que ce dernier au mode de vie et à la culture des occidentaux. En France, si le Hatha-Yoga s’est répandu ces dernières années, nous méconnaissons encore le yoga dans son ensemble. En revanche, la sophrologie est actuellement à la portée de tous, et c’est un bon outil pour s’épanouir avec peu de contraintes.

P.E. : De quelle manière ces exercices peuvent-ils aider l’enfant à surmonter son stress et quels en sont les autres bénéfices ?
S.S. : Ces exercices favorisent une réunification de l’être à ses différents plans : physique, émotionnel, psychologique, mental et même spirituel pour ceux qui adhèrent à cette possibilité. Le stress, à l’inverse, conduit vers une déconstruction de la personnalité. Pratiquer le yoga et/ou la sophrologie permet donc de remettre de l’ordre dans le chaos, de restaurer l’équilibre naturel que nous avons perdu, notamment grâce à la respiration. Dans la pratique du yoga, les postures sont soutenues par le souffle qui permet d’avancer vers l’équilibre entre tension et relâchement. Un nouveau schéma corporel (perception de notre corps et de sa place dans le monde) s’ouvre à notre conscience, ce qui entraîne alors des répercussions à d’autres niveaux : nos états émotionnels et mentaux sont vécus autrement, d’un point de vue plus positif, plus constructif. Finalement ces exercices contribuent à développer l’attention, la confiance en soi, ainsi qu’une sensation difficile à définir et qu’on pourrait décrire comme « se sentir bien dans sa peau et dans sa tête ».

J’aide mon enfant à surmonter son stress, Sylvie Sarzaud, Editions Eyrolles, 10€

Publicités