Une étude britannique révèle  que 70% des bébés du Royaume-Uni auraient une trop forte consommation de sel. Leur alimentation est mise en cause. Lire la suite

70% des bébés britanniques âgés de 8 mois consomment plus de sel qu’ils ne devraient. La raison ? Ils mangeraient des aliments salés, de la sauce, des céréales, de la nourriture issue de boîtes de conserve. Une alimentation trop riche en sel qui nuit à leur métabolisme encore fragile. Ce sont des chercheurs de l’Université de Bristol qui ont tiré la sonnette d’alarme après avoir observé les dossiers alimentaires de près de 1200 enfants au Royaume-Uni.

 

Le lait de vache visé

 

Les chercheurs ont ainsi souligné que l’alimentation était souvent diversifiée trop tôt. Ainsi dès l’âge de 3-4 mois, la plupart des bébés mangeaient déjà leurs premiers aliments solides. Leur apport en sel atteindrait alors le double de la dose maximale recommandée à cet âge. De même, les bébés qui ont absorbé le plus fort taux de sel consommaient trois fois plus de pain que le groupe de bébés qui avait la plus faible teneur en sel. Le lait de vache est également pointé du doigt. Ce premier groupe de bébé en buvait régulièrement alors que celui-ci est déconseillé avant 12 mois. En effet, il contient plus de sel que le lait maternel ou maternisé ce qui peut porter préjudice aux reins encore en développement. De plus, cela peut donner de mauvaises habitudes alimentaires qui pourront se traduire plus tard par des problèmes de santé.

 

Recommandations

 

Les chercheurs recommandent que les apports en sel soient réduits chez les jeunes enfants et qu’ils disposent d’une alimentation adaptée à leurs besoins, sans sel ajouté. De la même manière, les bébés ne devraient pas manger les mêmes aliments que le reste de la famille. Les nutritionnistes souhaitent également que l’industrie alimentaire continue de réduire la teneur en sel dans leurs produits.

 

Lisez également notre article :

– Le sel attention aux excès

Publicités