Près de deux Français sur trois grignotent entre les repas, et particulièrement les femmes,  selon une étude Nutrinet santé. De même, entre 15 et 19 ans, les adolescents sont 80% à grignoter régulièrement, d’après une étude Consojunior. Ces comportements ne sont pas sans risques pour la santé.

Depuis deux ans, l’étude Nutrinet Santé vise à décrypter le comportement alimentaire de 500 000 Français en les suivant pendant cinq ans, via le site Internet http://www.etude-nutrinet-sante.fr. Les premiers résultats montrent d’ores et déjà que le grignotage s’invite dans le quotidien des internautes interrogés. Les participants s’engagent à répondre chaque année à cinq questionnaires très précis concernant leurs caractéristiques sociodémographiques, leur mode de vie, leur état de santé, leur poids, leur taille, leurs activités physiques et leur alimentation. D’après ces résultats, 61% des Français grignotent entre les trois repas de la journée, dont 35% régulièrement. La majorité d’entre eux sont des femmes (65% contre 57% des hommes) entre 35 et 45 ans, issues de milieux plutôt défavorisés et qui habitent dans le Nord et l’Est de la France. Une autre étude intitulée « Ado food, une assiette sous influence » menée par Consojunior en 2010 auprès de 7000 individus indique que le grignotage s’affirme avec l’âge lorsqu’il commence à l’adolescence. Les jeunes découvrent le grignotage vers 15 ans et sont 80% à continuer régulièrement jusqu’à l’âge de 19 ans. Les enfants de 8-10 ans se contentent plutôt du goûter.

500 calories en plus par jour

Le grignotage apporte en moyenne 500 calories en plus dans une journée. Chez les grignoteurs réguliers, il représente presque 23% de l’apport calorique total. Les hommes et les femmes préfèrent les produits gras et sucrés (confiseries, chocolat, sodas et barres). En deuxième position viennent les fruits et les boissons sucrées pour les femmes, et les boissons alcoolisés ou sucrées pour les hommes. Les boissons alcoolisées viennent en dernier dans le choix des femmes alors que les hommes choisissent les fruits en dernier recours. Les ados aussi préfèrent les produits sucrés. Ils grignotent le plus souvent à la maison, soit par faim (52%), soit par plaisir et gourmandise (46%). En revanche, on observe une légère diminution de ces comportements depuis 2006, ce qui montre, d’après Consojunior, l’impact des communications du PNNS* (« évite de grignoter dans la journée! »). À l’inverse, la fréquentation des fast food continue de s’intensifier : 87% des 8-19 ans sont allés au moins une fois dans un fast food au cours des douze derniers mois, contre 83% en 2006.

Lien entre maladies et habitudes alimentaires

Le Pr Hercberg qui mène l’étude Nutri Santé signale que le grignotage régulier détruit l’équilibre alimentaire. Une alimentation peu équilibrée et déstructurée peut faciliter les cancers, maladies cardiovasculaires, l’obésité, le diabète, les dyslipidémies, et l’hypertension artérielle, même si elle n’est pas le seul facteur. Grignoter accroît aussi le risque d’attraper des caries. Pour éviter de grignoter, on peut boire beaucoup d’eau, manger des fruits à volonté et tâcher de faire des repas plus complets pour ne pas avoir faim pendant la journée.

* Programme National Nutrition Santé

Publicités