Mardi 26 avril 2011, le pass santé contraception a été lancé en Ile-de-France par le président de la région et le ministre de l’éducation nationale, Luc Chatel. Le but est d’inciter les lycéens à utiliser un moyen de contraception.

Des moyens de contraception anonymes et gratuits pour certains adolescents scolarisés. C’est ce que prévoit le pass santé contraception, disponible depuis le 26 avril et destiné, en premier lieu, aux lycéens de seconde, aux apprentis et élèves en formation sanitaire et sociale en Ile-de-France. Ce pass santé contraception se présente sous la forme de cinq coupons qui permettent aux adolescents de consulter un médecin, d’effectuer des analyses médicales ou encore de se faire délivrer des contraceptifs comme une pilule, des patchs ou un stérilet par exemple. Ces bons sont valables pendant six mois, et surtout ils permettent à l’adolescent de garder l’anonymat (la carte vitale ne lui sera pas demandée) et de ne pas payer ses consultations. Les professionnels de la santé seront remboursés par la région francilienne.

Faire baisser les IVG

Avec cette mesure, les pouvoirs publics entendent « apporter une réponse globale aux difficultés d’accès pour les jeunes mineurs à une contraception gratuite, anonyme et de proximité, garantie par l’accompagnement des professionnels de santé ». Mais le but de ce dispositif est aussi de parvenir à diminuer les Interruptions Volontaires de Grossesse et les grossesses non désirées. En 2006, plus de 13 200 IVG ont été pratiquées sur des jeunes filles de moins de 18 ans en France.

Des avis partagés

Cette mesure ne fait pas l’unanimité parmi les parents. La fédération des parents d’élèves de l’enseignement public n’approuve pas ce dispositif car il contribuerait à mettre les parents à l’écart. Cependant, un certain nombre de jeunes n’osent pas évoquer leur sexualité avec leurs parents, ce qui les empêche de se protéger correctement.

Publicités