Samedi 30 avril avait lieu la Journée internationale contre les violences éducatives. La Fondation pour l’Enfance a lancé, à cette occasion, une nouvelle campagne télévisée pour dénoncer l’usage de la gifle sur les enfants.

Une enfant en train de manger renverse son jus de fruit. Sa mère intervient en la giflant. La grand-mère prend sa fille dans ses bras en lui demandant pardon. C’est par cette campagne vidéo que la Fondation pour l’Enfance entend « aider à réfléchir, à discuter et peut-être à changer. On ne peut rester insensible devant ce spot qui rappellera à nombre d’entre nous des événements avec lesquels nous n’avions pas fait le lien et qui sont directement responsables de nos violences éducatives avec nos enfants », suggère le docteur Gilles Lazimi, coordinateur de la campagne qui est sortie juste avant la célébration de la Journée Internationale contre les violences éducatives du samedi 30 avril 2011.

Un comportement banal ?

Le docteur Emmanuelle Piet, également chargée de la coordination de cette campagne, souligne pour sa part la banalisation de ce comportement. « Près de 50% des parents d’enfants de moins de 2 ans déclarent avoir, dans les douze derniers mois, eu recours à des punitions corporelles envers leurs enfants, d’après une étude québécoise ». Un comportement qui serait influencé par sa propre éducation comme le laisse entendre la vidéo de la Fondation pour l’Enfance. Le Dr Lazimi assure, par ailleurs, que « les enfants d’âge préscolaire ne peuvent comprendre ces gestes, la seule chose qu’ils intègrent est la peur, la douleur, l’anxiété et l’apprentissage de la violence ! »
La campagne de sensibilisation aux violences éducatives est visible à la télévision et sur le web : http://www.fondation-enfance.org

À lire aussi : Projet de loi Antier : faut-il interdire la fessée ?

Publicités