Les modèles familiaux et les mentalités concernant la parentalité, entre autres, ont évolué au fil des ans. C’est ce que démontre une nouvelle étude publiée par l’Insee*.

L’Insee vient de rendre publique une étude intitulée « Couple, famille, parentalité, travail des femmes » dans laquelle elle confronte les opinions de différentes générations sur ces thématiques.
Le premier résultat qui en ressort est l’acceptation du divorce, lorsque les personnes sont malheureuses en couple et cela même si des enfants sont nés de cette union, par 75% des hommes et 83% des femmes. Une opinion partagée par 90% des personnes divorcées ou en instance de divorce. Les personnes de plus de 75 ans y sont plus réfractaires avec 60% d’avis favorables.

Source d’épanouissement

Cependant, 90% des sondés considèrent que « pour grandir en étant heureux, un enfant a besoin d’un foyer avec un père et une mère ». Or, en 1968 si 8% des jeunes de moins de 25 ans vivaient dans des familles monoparentales, en 2007 ils étaient 18%.
La parentalité reste une valeur plébiscitée. 63% des sondés pensent que « pour s’épanouir, une femme doit avoir des enfants ». Un avis partagé par 80% des sondés de plus de 65 ans contre 50% chez les moins de 30 ans. La moitié des femmes interrogées estiment qu’un homme peut s’épanouir sans devenir père tandis que seulement 20% pensent qu’une femme peut s’épanouir sans enfant.

Famille et travail

En 1975, 43% des mères (ayant au moins un enfant de moins de 3 ans) étaient actives, en 2009 elles étaient 78% à travailler. Si les femmes n’ont cessé de devenir, au cours des ans, de plus en plus actives professionnellement, la moitié des personnes sondées pensent qu’un enfant d’âge préscolaire risque de souffrir de cette situation. De la même manière, deux tiers des personnes interrogées (hommes comme femmes) estiment que « les enfants souffrent souvent du fait que leur père est trop préoccupé par son travail » et cela même si beaucoup constatent que les hommes s’impliquent davantage dans la vie de famille. En 1975, ceux-ci consacraient en moyenne 8 mn par jour à leurs enfants contre 11 mn en 1999. Les femmes, elles, y consacrent toujours autant de temps en 1999 qu’en 1975 avec 38 mn par jour.

* Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques

copyright pictureguy

Publicités