Une récente étude réalisée par le site Indicedebonheur.com s’est penchée sur la place qu’occupent les réseaux sociaux dans nos vies et sur le bonheur qu’ils procurent. Les résultats de l’étude sont sans appel : plus les réseaux sociaux intègrent votre vie, plus le bonheur semble inaccessible.

L’étude de l’IRB, Indice Relatif de Bonheur, révèle des données étonnantes qui démontrent l’importance et l’impact des réseaux sociaux sur la population. Ainsi, près de 79 % des 1065 répondants à l’enquête se disent membres d’un réseau social et 30 % de deux réseaux et plus. En revanche, si  45 % des sondés considèrent que leur vie est enrichie par les réseaux sociaux, ils sont tout de même 40% à réfuter cette affirmation.

Victimes de dépendance

95 % des personnes interrogées considèrent que les nouvelles technologies et les différentes plates-formes d’échange sur Internet ont engendré une nouvelle forme de dépendance. Les utilisateurs d’Internet ne sont pas les seules victimes de cette dépendance, les autres médias, plus traditionnels, le sont aussi. Effectivement, 34 % des sondés ont répondu délaisser la télévision au profit de l’écran de l’ordinateur, et près du quart, 23 %, admettent négliger la lecture, que ce soit d’un livre, d’une revue ou d’un journal. Cette dernière donnée ne constitue pas une bonne nouvelle lorsque l’on sait que la lecture influence directement le niveau de bonheur des gens.

Les jeunes et leur bonheur virtuel

En parallèle de l’étude menée par l’IRB, l’association Kidscape en Angleterre a étudié le comportement sur Internet de 2300 enfants, âgés de 11 à 18 ans. Les résultats de l’étude sont quelque peu alarmants puisque 45%, soit près de la moitié des enfants interrogés, considère que leur vie virtuelle les rend plus heureux que leur vie réelle. Autre chiffre inquiétant, près de 47% des jeunes interrogés affirment changer de comportement lorsqu’ils se retrouvent sur Internet. Le psychologue et directeur de Kidscape, Peter Bradley, se dit inquiet de ces résultats car les enfants d’aujourd’hui considèrent le cyberespace comme un monde détaché du monde réel et ne pourraient ainsi pas s’adapter au fonctionnement de la société.

 

Publicités