L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) signale dans son dernier rapport annuel qu’en 2009, en France, près de 654 000 femmes ont été violentées contre 636 000 en 2008. Coups ou viols, les femmes victimes de violence sont de plus en plus nombreuses chaque année.

Jeudi 26 novembre, la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes était l’occasion de rappeler qu’en France, près de 654 000 femmes ont été violentées au cours de l’année 2009. Le rapport de l’ONDRP, qui recense le nombre d’actes de violences sexuelles ou physiques commis sur les femmes, révèle des chiffres accablants. Ainsi dans l’hexagone, environ une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint tandis que près de 200 femmes subissent chaque jour un viol. Soit un crime sexuel toute les sept minutes ! Pire, dans huit cas sur dix, la victime connait son agresseur car un tiers des viols a lieu au sein du couple et dans 50 % des cas, le bourreau fait parti de l’entourage de la victime.

La honte doit changer de camp

Des chiffres à la hausse qui sont pourtant en dessous de la vérité puisque seules les violences commises sur les femmes majeures ont été comptabilisées et qu’à peine 10% des femmes osent porter plainte. Honte, sentiment de culpabilité ou peur des représailles… les femmes se taisent.
Pour lutter contre ce fléau, une campagne nationale contre le viol a été lancée par trois associations féministes. Le slogan « Viol, la honte doit changer de camps » accompagné d’une photo très explicite d’agression sexuelle a été décliné sur 10 000 affiches et 15 000 tracts ainsi que dans un clip choc. 
Enfin, une pétition mise en circulation sur Internet demande qu’une enquête systématique soit ouverte après le dépôt d’une plainte.

Site : www.contreleviol.com

Publicités