D’après une récente étude Ifop, près d’un quart des Français ont déjà recouru au mensonge pour éviter ou retarder un rapport sexuel. Palmarès des excuses qui reviennent le plus souvent sur le lit.

« Non, pas ce soir chéri… » Selon l’enquête* menée par Ifop pour l’Institut Lilly, 24 % des Français ont déjà prononcé ces quelques mots suivis d’une fausse excuse pour esquiver un moment d’intimité. Toutefois, l’étude rapporte que les femmes sont plus nombreuses à user de ce stratagème (33 % contre seulement 15 % des hommes).

Dans le top cinq des mensonges les plus répandus, sont cités la fatigue (45% des personnes ayant déjà menti à ce sujet), la proximité des enfants (35%) suivi des préoccupations financières et professionnelles (33%). Contrairement au cliché, la migraine n’arrive qu’en quatrième position avec un score de 28 % tandis qu’avec ses 25%, l’abus d’alcool arrive bon dernier.

Fausses excuses mais vrai tracas

Près d’un Français sur deux admet avoir rencontré un problème sexuel lié au manque de désir pour son partenaire mais pour 57 % des personnes interrogées, cette baisse de régime est due au stress et aux préoccupations du quotidien. Pour plus des trois quarts des Français, sexualité épanouie rime avec couple en harmonie puisque 76% considèrent que les « pannes sexuelles » peuvent avoir des conséquences néfastes sur leur vie amoureuse. Pour y remédier, la plupart préconise la communication directe avec leur partenaire tandis qu’un quart se dit prêt à consulter un médecin.

 

* L’étude a été menée par questionnaire auto-administré en ligne, du 16 au 18 juin 2010, auprès de 1.035 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus.

Publicités