La vente de médicaments pour enfants en accès libre est controversée. Une étude australienne révèle que 44% des parents administreraient de mauvais dosages à leurs enfants. Le surdosage médicamenteux est un motif d’appel trop souvent évoqué dans les centres anti-poison.

Des chercheurs australiens de l’université de Sydney ont suivi pendant cinq mois 53 mères, 7 pères et 37 membres du personnel de soins pour observer leurs réactions face à un enfant malade. Médicaments et ustensiles pour doser étaient en libre accès.
Le Dr Moles, en charge de l’étude, constate que seuls 64% auraient été capables de mesurer des doses correctes. 44% des participants auraient administré une mauvaise dose. 15% ne prennent pas la température. 55% prescrivent des médicaments malgré une température inférieure à 38°. En tête, se trouve le paracétamol qui est administré à 61%, notamment pour lutter contre la toux et les rhumes. Il est également donné abusivement en l’absence de fièvre.

Overdoses accidentelles

Les overdoses accidentelles chez les enfants représentent la moitié des 119 000 appels du centre anti-poison de New South Wales (Australie). 85% des cas concernent des enfants de moins de 5 ans. L’hospitalisation est nécessaire dans 15% des appels impliquant des enfants.
Le Dr. Moles préconise également une meilleure information à l’égard des parents et du personnel de santé.

Publicités