Dans le Nord, huit infanticides ont été reconnus par une mère de famille discrète et sans histoire. Elle aurait vécu ses grossesses et aurait accouché sans que personne ne s’en aperçoive. Le déni de grossesse est évoqué…

Depuis samedi 24 juillet, la commune de Villers-au-Tertre dans le Nord, est au centre des attentions. C’est, en effet, dans cette petite bourgade de 700 habitants qu’ont été découverts huit corps de nouveau-nés, enterrés ou dissimulés depuis dix à vingt ans, dans deux propriétés. C’est le nouveau propriétaire de l’une des maisons qui a donné l’alerte.

« Serviables et polis »

La gendarmerie est vite remontée à la fille des anciens propriétaires des lieux, décédés, et à son époux. Un couple sans histoire, décrit par ses voisins comme « avenant, serviable, poli et courtois ». Dominique, aide-soignante, et Pierre-Marie Cottrez, charpentier et conseiller municipal, sont respectivement âgés de 45 et 47 ans, déjà parents de deux filles d’une vingtaine d’années et grands-parents.

Confession

La femme, mise en examen pour homicides volontaires de mineurs de moins de 15 ans, aurait reconnu avoir « volontairement étouffé les nouveau-nés à la naissance ». Le mari a été libéré après avoir affirmé « n’avoir jamais su que sa femme était enceinte ni qu’elle s’était débarrassée des enfants ». Des propos confirmés par son épouse.

Des raisons obscures

Celle-ci aurait indiqué aux enquêteurs que son premier accouchement s’était mal passé du fait de sa forte corpulence et que suite à cette mauvaise expérience, elle n’avait plus souhaité consulter de médecin, même pour se faire prescrire un contraceptif.
Les experts doivent continuer d’examiner cette femme discrète afin de déterminer si les infanticides ont été commis dans le cadre de dénis de grossesse.

Découvrez notre interview croisée de Sophie Marinopoulos, psychiatre et psychanalyste au CHU de Nantes et du Pr Israël Nisand, chef du département de gynécologie obstétrique au CHU de Strasbourg, pour en savoir plus sur le déni de grossesse. Cliquez ici

Publicités