Suite à la fête des pères, une étude TNS Sofres bouscule les idées reçues conservatrices : les jeunes papas français s’investiraient plus et mieux auprès de leurs enfants. Petit point sur leur rôle dans l’éducation de leurs bambins.

Est-il simple d’être pères aujourd’hui ? Non, répondent 46% des papas interrogés lors de cette étude publiée le mois dernier. Les jeunes papas, plutôt critiques mais indulgents, estiment que leur rôle a évolué et s’est complexifié depuis trente ans. À priori dans le bon sens puisque 56% des Français, dont deux tiers de femmes, considèrent que les pères remplissent mieux leur rôle.

Une éducation paritaire

Un père autoritaire et protecteur, une mère affectueuse et réconfortante, ce cliché est dépassé pour près de huit Français sur dix. Les jeunes générations de parents, les cadres et surtout les femmes affirment que l’enfant n’a plus besoin de cette répartition traditionnelle des rôles.

La présence du père importe dès la naissance, 77% déclarent soutenir la mère à la maternité et 48% acceptent de couper le cordon ombilical. Pour une large majorité, l’éducation concerne les deux parents. Une volonté de parité, même pour changer les couches ?…

Étude réalisée par TNS Sofres, publiée le 17 juin 2010

Publicités