Le taux de bacheliers n’est plus le seul critère de classement des lycées entre eux. Contrairement aux attentes, certains lycées de zones dites sensibles font mieux que prévu, et gagnent au passage quelques galons.

Chaque année, le ministère de l’Éducation nationale publie ses « indicateurs de résultats », des chiffres souvent considérés par les parents comme l’équivalent d’un palmarès, véritable classement des lycées au regard de leurs performances de réussite au baccalauréat. En plus des trois critères utilisés – les taux de réussite et taux d’accès au bac et la proportion de bacheliers sortants – le critère de la valeur ajoutée est utilisé pour évaluer les lycées. Ce critère permet de révéler si un lycée a présenté de meilleurs résultats que ceux attendus au regard des origines sociales, de l’âge et des notes des élèves.

La valeur ajoutée de Clichy-sous-Bois

Cette année, sur les 2311 lycées évalués, 1005 affichent une valeur ajoutée positive. Parmi lesquels des lycées situés dans des départements dits sensibles : Avec 69% de reçus contre 58% attendus, un lycée de Clichy-sous-Bois se classe parmi les 100 premiers à présenter une valeur ajoutée positive. En contrepartie, des établissements prestigieux comme Henri IV ou Louis le Grand à Paris n’ont pas de valeur ajoutée. Si le critère permet de mesurer l’efficacité des performances d’un lycée, attention toutefois à ne pas évaluer ce dernier à l’aune de ce seul indicateur.

Publicités