Une équipe de chercheurs* a mis en évidence la capacité des bébés prématurés, âgés de 33 semaines d’aménorrhée, à différencier des objets de formes différentes.

Dès leur naissance, les bébés nés à terme sont soumis à de nombreuses stimulations tactiles, et les organes sensoriels sont en contact avec des objets de forme, de texture, de consistance différentes. En effet, durant les premières minutes de sa vie, le bébé passe dans les mains de différentes personnes qui lui prodiguent les premiers soins : il est lavé, langé, allaité… Son corps et ses organes sensoriels expérimentent de nouvelles sensations avec des objets ou des matières jusqu’alors inconnus comme les draps, tétines, langes…
Le bébé né à terme perçoit tout ce qui est à portée de main et ses nombreuses expériences tactiles et sensorielles lui permettent de découvrir son environnement.
Les bébés prématurés, nés avec un système neurologique moins développé, ont-ils la même perception de leur environnement que des bébés nés à terme ?
Pour répondre à cette question, une équipe de chercheurs* s’est intéressée à 24 prématurés nés à 31 semaines d’aménorrhée (nés environ à 7 mois de grossesse) et pesant 1500g.

Une question d’expérience

Environ deux semaines après leur naissance, l’équipe de chercheurs effectue une expérience sur les prématurés alors âgés de 33 à 34+6 semaines d’aménorrhée. Cette méthode expérimentale est similaire à celle réalisée avec des bébés nés à terme. Celle-ci consiste dans une phase, appelée habituation, à mettre un petit objet dans la main – un prisme pour la moitié des bébés et pour l’autre moitié un cylindre. L’expérience s’effectuant pour la moitié des bébés dans la main droite et pour l’autre moitié dans la main gauche. Dans cette première phase, au cours des essais, l’expérimentateur mesure combien de temps le bébé prématuré tient l’objet dans sa main. Au fil des essais, les chercheurs observent que le temps de tenue diminue illustrant le fait que le bébé prématuré s’accoutume à l’objet.
Lors de la deuxième phase, lorsqu’ils se sont habitués à l’objet, l’expérimentateur leur présente pour la moitié des bébés l’objet familier, et pour l’autre moitié un nouvel objet de forme différente. Il en résulte que le temps de tenue, pour les nouveaux objets, est plus élevé que pour les objets familiers.

Une capacité à différencier les objets

Cette expérience démontre que les prématurés comme les bébés nés à terme sont capables de différencier les objets que l’expérimentateur leur présente. Les nouveaux-nés prématurés sont donc capables de stocker temporairement des informations sur la forme des objets, et les comparent avec celles issues d’autres expériences tactiles. Les prématurés sont, autant que les bébés nés à terme, curieux et avides de sensations et de nouveautés.

Ces résultats vont permettre une meilleure appréhension de l’univers sensoriel et tactile des prématurés. Mais surtout, cela va permettre aux professionnels de santé de leur prodiguer des soins plus spécifiques à leur bien-être et à leur développement.

* Le laboratoire de psychologie et neurocognition (CNRS/Université Grenoble 2/Université de Chambéry), et de psychologie de la perception (CNRS/Université Paris Descartes) en collaboration avec une équipe du service de néonatologie du CHU de Grenoble


Publicités