Le 8 mars 2010, dans l’optique de faciliter vie professionnelle et vie familiale, le Conseil des ministres européen a voté une nouvelle directive qui vise à étendre le congé parental à quatre mois minimum.

Le 8 mars 2010, une nouvelle directive portant sur le congé parental a été votée par le Conseil des ministres européen. Ainsi, les parents désirant s’occuper plus longtemps de leur enfant, pourront, s’ils le souhaitent, bénéficier chacun de quatre mois de congé parental, contre trois auparavant.
S’ajoutant au congé de maternité ou de paternité, de seize semaines pour la mère et de quatorze jours pour le père, le congé parental reste un droit. Chaque parent qui exerce un travail depuis plus d’un an dans la même entreprise peut prétendre au congé parental.
Dorénavant donc, la mère comme le père pourront bénéficier de quatre mois chacun. Le congé parental n’est pas totalement transférable d’un parent à l’autre. En effet, si le père désire donner ses trois mois de congé parental à la mère, il le peut, mais il est obligé de garder un mois. S’il ne désire pas prendre ce mois, celui-ci sera définitivement perdu.

Une question d’égalité

Cette nouvelle réforme, outre le fait d’aider les parents à mieux concilier vie familiale et vie professionnelle, vise surtout à inciter les pères à prendre plus de congés parentaux. A noter que selon les pays membres, le transfert des droits d’un parent à l’autre, les indemnités touchées et la durée du congé parental peuvent être très variables. Cette nouvelle directive, beaucoup plus souple, s’applique quel que soit le statut du travailleur, qu’il travaille en contrat à durée déterminée, à temps partiel ou qu’il soit intérimaire dans une agence.
Les pays membres de l’union européenne ont un délai de deux ans pour transposer cette nouvelle directive selon les droits de leurs pays.

Publicités