Comme chaque année, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques publie son bilan démographique de la France. Il prend en compte tous les indicateurs de l’évolution de la société française. Bilan de fécondité et espérance de vie nous dépeignent le visage de la France en 2009.

Un record était battu en 2008, celui du taux de fécondité. La moyenne était alors de deux enfants par femme en France. L’exploit n’a pas été renouvelé en 2009. Cette année recense 7500 naissances de moins que l’année précédente. Cependant, 821 000 nourrissons ont tout de même vu le jour en 2009.

Championnes d’Europe de la fécondité

En dépit de ce léger recul, les Françaises restent les plus fertiles d’Europe avec en moyenne 1,9 enfant par femme. Entre 2008 et 2009, la population française a augmenté de 346 000 individus. Les Français sont désormais 64,7 millions d’habitants, Dom compris. La mortalité infantile, elle, stagne depuis 2006. Pour mille naissances, l’INSEE dénombre 3,8 décès d’enfants de moins d’un an. Enfin, l’espérance de vie des Français est également en progrès. Elle gagne deux mois pour les hommes comme pour les femmes. Un garçon né en 2010 peut espérer atteindre 77,8 ans contre 84,5 pour les filles. Une moyenne nationale supérieure à la moyenne européenne.

Une société en mutation

Indice révélateur de l’évolution de la société, ce bilan met en lumière l’avancée de l’âge moyen à l’accouchement. Pour la première fois, la barrière des 30 ans est franchie. Les mères de plus de 35 ans ont mis au monde 22% des bébés nés en 2009. Une autre évolution, concerne l’institution du mariage. En 2008, on recensait deux mariages pour un pacs. Le mariage n’était alors que faiblement concurrencé. La tendance a évolué cette année : le pacs connaît une augmentation de 20% . En 2009, 256 000 couples ont opté pour le mariage contre 175 000 pour le Pacs. Soit deux Pacs pour trois mariages. En conséquence, 53% des naissances de 2009 sont hors-mariage, contre 52% en 2008 et 37% en 1994.

Publicités