24 enfants en deux ans ont été oubliés dans le véhicule de leurs parents. Un constat alarmant établi par la Commission de la Sécurité des Consommateurs (CSC). Phénomène croissant et dramatique, l’oubli d’enfants dans les voitures déclenche l’incompréhension. Entre stress et fatigue comment prévenir ces dérapages fatals ?

Tendance rarissime jusqu’aux années 90, les enfants oubliés à l’arrière des voitures défraient maintenant les chroniques régulièrement. Cette recrudescence de cas a donné lieu à une étude entre juin 2007 et août 2009 ; relayée par la CSC. Ainsi, en France, 24 enfants ont été oubliés par leurs parents dans leurs véhicules. Cinq de ces oublis se sont avérés mortels.
Le phénomène s’accroît également en Belgique, où deux décès ont été rapportés au cours de cette même période, ainsi qu’aux Etats-Unis où l’on déplore une moyenne de 30 décès par an suite à des oublis.

La fatigue en cause

Majoritairement concernées par le phénomène : les familles socialement et professionnellement actives, ayant souvent plus d’un enfant. Effectivement, la CSC attribue ces drames au stress. « L’oubli, mécanisme de « maintenance » de la mémoire touche particulièrement la mémoire prospective, celle qui enregistre nos actions à réaliser. Or celle-ci est particulièrement fragile et peut être altérée par un événement imprévu, brisant une routine, ou encore un stress ou une fatigue particulière. »

Les solutions à explorer

Dans un dessein préventif, la CSC a publié le 10 décembre dernier ses recommandations pour endiguer ces tragiques oublis. Elle a invité les fabricants en puériculture à réfléchir avec les constructeurs automobiles à un système d’alerte performant.
Tandis que le gouvernement initiera sous peu une campagne d’informations qui inclura les professionnels de la santé.
Les parents quant à eux, sont incités à être attentifs aux indices d’états de fatigue ou de stress, propices aux oublis. Enfin, la solution la plus répandue dépend du monde de la petite enfance. La vérification systématique auprès des parents en cas d’absence imprévue d’un enfant demeure des plus efficaces.

Publicités