Malgré l’idéal d’égalité entre les hommes et les femmes, les tâches ménagères au sein du couple restent majoritairement l’apanage de ces dames. Une étude de l’INED* démontre que l’arrivée d’un enfant renforce ces inégalités. Ainsi au XXIème siècle, 80% des femmes assurent toujours le repassage et 70% d’entre elles s’occupent quotidiennement de la préparation des repas. Des chiffres qui ont tendance à croître avec le nombre d’enfants à charge. Comment expliquer ces résultats ? Les hommes sont-ils les seuls responsables de cette situation ?

PsychoEnfants a interrogé Maryse Vaillant, psychologue clinicienne, auteur de nombreux ouvrages sur le couple et la famille.

PsychoEnfants : En quoi l’arrivée d’un enfant bouleverse-t-elle l’équilibre du couple ?
Maryse Vaillant : L’arrivée d’un enfant n’est pas anodine pour un couple. Chacun des deux parents va se voir bouger dans sa généalogie. Dès que l’on devient parent, on est réveillé dans ses positions infantiles : devenir père s’est se souvenir que l’on est aussi un fils. Par ailleurs, la femme se retrouve confrontée à l’image de sa propre mère. L’arrivée d’un premier enfant est en ce sens un véritable cataclysme psychogénéalogique. De plus, on passe du couple amoureux au couple parental, et cette étape peut être perturbante.

PsychoEnfants : Comment expliquer le fait qu’après l’arrivée d’un enfant, la majorité des tâches ménagères revient à la femme ?
Maryse Vaillant : L’homme va être réveillé dans sa position de fils alors que la femme va être réveillée dans sa position de mère. Le mari régresse et laisse par exemple davantage traîner ses affaires et, sans s’en apercevoir, se met à considérer son épouse comme sa mère. Il se retrouve dans la position de l’enfant qui attend son « goûter » en rentrant du travail. Mais les femmes ont aussi leur part de responsabilité, car souvent pour aller plus vite, ou de peur que l’homme ne fasse pas bien, elles refusent de déléguer. Elles s’identifient à une représentation de la mère qui est une « femelle dominante » du foyer, ce qui bien sûr est néfaste pour elles et contribue à infantiliser leur conjoint.
Mais il y a tout de même des cas où les hommes souhaitent s’investir davantage dans les tâches relatives au foyer. C’est un phénomène qui est présent dans les familles recomposées, le père a de grands enfants d’un premier mariage dont il a peu profité, et avec sa nouvelle compagne et ses petits derniers, il souhaite rattraper le temps perdu. Ces hommes vont être les premiers à vouloir changer les couches de bébé, ou encore soutenir leur femme dans les tâches ménagères.

PsychoEnfants : Comment éviter ce genre d’inégalités au sein de son couple ?
Maryse Vaillant : La première solution à laquelle je pense n’est pas d’ordre psychologique mais relève plutôt du bon sens, il s’agit de partager les frais d’une femme de ménage. Alors bien sûr cela a un coup, mais quand on voit parfois le prix exorbitant des chambres de bébé, des poussettes et autres landaux, on se dit qu’on peut peut-être faire quelques petits sacrifices pour s’offrir l’aide d’une femme de ménage. Cette solution soulage la maman, et peut éviter bien des conflits au sein du couple.
La deuxième est de responsabiliser ses enfants, en particulier les fils, pour qu’ils prennent très tôt de bonnes habitudes. Un enfant de 8 ans peut aider sa maman ou son papa à mettre le couvert ou à mettre les assiettes dans le lave-vaisselle.
Pour finir, j’ajouterai que le message qu’il faut adresser à nos maris, amis, concubins, est qu’un homme qui fait le ménage ne perd pas une once de virilité mais est en plus terriblement sexy !

Bonus : Suite aux résultats de cette étude, la société Bienservi spécialiste du ménage et du bricolage à domicile, a décidé d’organiser une grande journée de formation au ménage uniquement à l’attention des hommes. Cette manifestation aura lieu le mercredi 20 Janvier à Paris et sera entièrement gratuite. Pour en savoir plus sur cet événement : www.bienservi.com

* Etude réalisée par l’INED l’Erfi (Etude des relations familiales et intergénérationnelles), auprès de 10 000 hommes et femmes entre 2005 et 2008.

Publicités